Issue time15:27, par  
Catégories: Partage, Veille

Notes personnelles:

Atelier animé par Sébastien Stass et Renaud Boijoly.

Il s'agit d'un atelier promotionnel de la Cie Apple.

Sébatien débute sa présentation avec la Vidéo: Comme hier

Sébastien parle du concept de "Ordinatie tempérée"; ça pique ma curiosité.

Présentation de la situation d'apprentissage "Dans ma cour".

Autre projet: "Retroussons nos manches". Il s'agit d'un wiki de suggestions qui est temporaire :(

Projet "Dans ma cour"(3e cycle primaire - 1er cycle secondaire):

Plan de la cour d'école à l'échelle
Recenser le nombre d'arbres
Diamètre et hauteur des arbres (estimation - mesure de l'ombre des élèves comparé à celui de l'arbre)
Recenser 4 organismes vivants
Compilation et présentation
Enregistrement audio (Publicité qui utilise une partie des données recueillies)

Présentation des applications de Apple qui ont servies à la réalisation du projet.:lalala:
C'est possible de réaliser le projet avec des logiciels équivalents.&#59;D

Issue time15:59, par  
Catégories: Bloguons, Partage, Veille

Marie-Claire Roy m'en a parlé la semaine dernière sur Facebook en spécifiant qu'il s'agissait d'une application géniale.

Cet après-midi, en musardant dans ma vitrine professionnelle, j'ai découvert une utilisation originale de Voki sur le Site Web du Service national du RECIT, domaine du développement professionnel.

Léa, personnage fictif, explique le fonctionnement des fils RSS.

Bravo à Bertin pour l'utilisation originale qui m'inspire.

Mise à jour: J'ai ajouté mon avatar ici et ici

Issue time16:48, par Pierre Lachance  
Catégories: Partage

Pierre Couillard a trouvé cette page qui présente 20 Conseils pour favoriser le développement professionnel des enseignants.

Martin Bérubé a eu le réflexe (très bon en passant, car il suit les conseils # 14, 15 et 16) de placer les points sur une page wiki afin de les traduire.

Martin Bérubé, Judith Beaudoin, Emilie Ogez, Danielle Beauséjour et moi-même avons traduit/corrigé la page.

J'ai ensuite publié la traduction (du 28 mars 2008) sur le Blogue EAP.

Voilà un bel exemple de collaboration à l'aide des TIC.

Mise à jour du 29/03/08: Martin avait publié les conseils le 7 mars ici.

Issue time20:25, par François Rivest  
Catégories: Partage, Veille

J'avoue! Au printemps 2007 alors que les collègues de la région de Montréal proposaient de faire une activité de géocaching pendant le Camp TIC, j'étais TRÈS méfiant. C'est quoi le côté pédagogique dans ça?!? Il n'en demeurait pas moins que la direction régionale nous accordait un beau budget et qu'une partie a servi à acheter un modèle simple de GPS pour chaque CS de l'île. Dire qu'on a de la misère à équiper les écoles avec des souris! Entéka...

Une fois au Camp TIC, on a eu la visite d'Éric Godbout, du RÉCIT local à la CSLA. Lui, le géocaching il en mange! Il a conduit une activité pour nos participants qui les a rendus complètement galvanisés. Un succès!

Le GPS qui revenait à ma CS a ramassé la poussière quelques semaines. Je l'ai prêté à une école primaire spécialisée en éducation physique et ils ont bien aimé pendant le Cross country.

Lors de la dernière réunion du Comité de liaison du RÉCIT, j'ai revu Éric. En sortant du bunker du MELS rue Fullum, nous avons marché ensemble vers le métro Papineau. Je retournais chez moi à Montréal-Nord et lui allait prendre l'autobus vers l'aéroport. Avec encore quelques heures à tuer avant son départ, Éric avait relevé quelques géocachettes autour du bunker et de la station de métro. "Tu viens avec moi François?" Que dire d'autre qu'okédou? En plein Village gai, Éric et moi sommes partis à la recherche d'un objet géocaché. Le GPS d'Éric nous a menés jusqu'à un petit parc. Nous avons cherché mais rien trouvé. Je n'arrêtais pas de penser que mes propres enfants auraient KA-PO-TÉ de vivre cette aventure, même infructueuse. C'est comme ça la "vraie" chasse au trésor, Papa.

Aujourd'hui, premier jour du printemps, j'ai lu un peu de documentation pendant une vingtaine de minutes. Avec un fil USB, j'ai téléversé des coordonnées de géocachettes près de chez moi dans le petit GPS du bureau. Destination: le Centre de la Nature à Laval.

Ma blonde, nos trois enfants et moi avons adoré notre expérience. Je crois maintenant fermement qu'il y a une belle place pour les GPS dans les écoles et dans la vie commune du RÉCIT. Je vous épargne la définition officielle. Wikipédia se casse le bécik pour nous l'expliquer ici: http://fr.wikipedia.org/wiki/Geocaching

Pour une petite tranche de notre première expérience, je vous invite à vous taper une petite vidéo maison. Merci infiniment à Éric pour les belles années d'aventures qui nous attendent!

Issue time10:06, par PierreC  
Catégories: Rencontre nationale, Formation, Réflexions, Partage

La croyance populaire nous fait miroiter que les adolescents mènent le bal sur le Web. Les sceptiques seront CON-FON DUS! DUS! DUS! Quel beau DU s'époumonait un personnage de mon enfance fort populaire... Pour les plus jeunes... vous ne connaissez pas le Capitaine Bonhomme?

La Canadian Education Association mentionne une étude d'Ipsos Reid : Inter@ctive Teens : The Impact of the Internet on Canada's Next Generation.

Selon l'institut de sondage, ce sont les adultes et non les adolescents qui passent le plus de temps à surfer sur le Net. En moyenne, les adultes canadiens passent au total plus de 19 heures en ligne par semaine versus une moyenne de 13 heures pour les ados.

Les activités des ados sur Internet demeurent limitées à quelques services en ligne et sites, alors que la navigation des adultes canadiens est plus diversifiée.

Le sondage mené en novembre 2007 auprès de 2 000 répondants indiquent que les jeunes se livrent surtout à des activités de réseautage (clavardage, partage de photos et de vidéos, pages personnelles, messagerie instantanée, etc.) et visitent en grande partie de leur temps les sites traitant de jeux et de musique.

Il peut devenir intéressant pour le réseau de se doter d'axes d'intervention dans nos actions avec les enseignant(e)s et les élèves tournant autour de ces types d'activités. La notion de réseautage, de partage semble importante pour les jeunes. Portons-nous une attention particulière dans nos actions sur cet axe? Nos ados vivent pleinement l'informatique mobile. Les prépare-t-on à ceci? Comme le démontre cette étude, plusieurs activités exploitent pleinement le réseau Internet. Sommes-nous prêts à guider nos profs et nos jeunes dans ces types de technologies?

Bonne réflexion!

Issue time09:33, par PierreC  
Catégories: Logiciels, Partage

Article repiqué de mon blog perso

J'ai découvert un logiciel fort intéressant ce matin : Pencil.

pencil

Pencil est un logiciel d'animation et de dessin pour Mac OS X, Windows, et Linux. Vous pouvez créer de traditionnelles bandes dessinées animées en utilisant dans une même interface le dessin bitmap et vectoriel. Pencil est gratuit et «open source».

Quelques saisies d'écrans...(cliquer sur l'image pour voir en grand format)


image2


image3

De plus, il peut exporter les réalisations aux formats suivants: séquences d'images, films MOV, Flash/SWF... (cliquer sur l'image pour voir l'animation complète)


image4


image5

Vous trouverez une galerie plus complète de réalisations ici.

Vous pouvez télécharger Pencil ici.

À vos planches à dessin!!!

Issue time08:48, par Pierre Lachance  
Catégories: Partage

Martin m'oblige à réagir. Est-ce que les TIC sont un atout pour moi? Dans ma vie personnelle et professionnelle?

Pour tenter d'y répondre, je reprend ces questions de Gilles Jobin pour démontrer ce que je fait (et pourquoi) avec les TIC.

Décrivez au moins cinq actions (préférablement une dizaine) illustrant que vous intégrez les TIC dans votre vie. Par votre vie, j'entends aussi bien votre vie professionnelle que personnelle. Si possible, hyperliez vos actions.

A) Je m'informe sur ce qui se passe en éducation grâce aux fils RSS en lien avec l'éducation : http://recit.org/signets/sedna/

B ) Page Google news personnalisée afin de suivre l'actualité selon mes mots-clés: http://news.google.ca

C) Développement et utilisation d'un moteur de wiki: WikiNiMST : http://squeaki.recitmst.qc.ca/, http://recitmst.qc.ca/docmst/, http://portic0312.qc.ca/wikini0312/, http://recit.org/wiki/

D) Mon portfolio de présentation personnel

E) Mon blogue personnel

F) Mes photos préférées (à voir avec Firefox)

G) Installation/gestion d'un serveur (http://recitmst.qc.ca et autres noms de domaine)

H) Communication synchrone: Téléphonie web (Skype, pierre.lachance), clavardage (Jabber, pierrelmst@gmail.com).

I) Signets collectifs du RÉCIT MST: http://del.icio.us/recitmst

J) Signets collectifs personnels: http://del.icio.us/pierrelachance

K) Blogue professionnel: http://recit.org/index.php/mst/

L) Publication de vidéos en ligne: http://recitmst.qc.ca/rubrique.php3?id_rubrique=14, http://squeaki.recitmst.qc.ca/wakka.php?wiki=VisiteCSCV

M) Mise en ligne du contenu des programmes de MST en lien vers Wikipedia: http://recitmst.qc.ca/pdfeq/

N) Je suis des cours avec mon prof préféré: Google.

O) Mes souvenirs de famille (photos et vidéos) se retrouvent sur DVD que je crée moi-même.

P) Je traite des données pour les représenter dans une carte graphique ou encore en tableau pour les comparer.

Q) J'utilise des idéateurs (CMap et Freemind) pour structurer un projet ou encore comme soutien à une présentation.

R) J'utilise plusieurs sites sous SPIP pour documenter/partager: http://recitmst.qc.ca/meteo/, http://recitmst.qc.ca/spip/, http://robot-tic.qc.ca/, http://cyberfolio.org.

2. Pour chacune de ces actions, dites pourquoi il s'agit bien d'une intégration des TIC en dégageant ses caractéristiques.

A) Pour moi, m'informer est un élément essentiel dans mon travail et dans ma vie. Les fils RSS me permettent de le faire sans pour autant visiter des dizaines de sites et de fouiller pour trouver les nouveautés. La page des fils RSS en éducation me montre aussi que ça bouge dans mon milieu.

B ) Personnaliser sa page Google news est un moyen de «filtrer» l'information que l'on consomme. Le choix de ses mots-clés est une activité intéressante.

C) J'avais besoin d'un wiki avec quelques options particulières. Je me suis donc mis les mains dans le code de Wikini pour l'adapter. Les TIC ce n'est pas seulement de consommer des logiciels, c'est aussi de les triturer pour qu'ils répondent à nos besoins.

D) Créer et publier son portfolio de présentation est une activité d'apprentissage en soi. Qu'est-ce qui mérite de faire partie de mon portfolio? Pourquoi? De plus, si on veut, de par la forme du portfolio, qu'il nous ressemble un peu, on peut se créer un petit outil personnalisé. La créativité avec les TIC c'est possible.

E) Bloguer est devenu pour moi un moyen de m'obliger expliciter mes actions/opinions. Donc à structurer ma pensée. Ce qui est très utile lorsque je rencontre des enseignants, CP...

F) Je prends plusieurs photos par année. Dans mon lot de photos, il y en a qui sont plus significatives que d'autres. Me créer un petit outil pour les présenter à ma façon fut un exercice TIC très formateur. Encore ici, les TIC peuvent s'adapter à nos besoins.

G) Avoir son poste de travail c'est bien, mais j'ai réalisé que d'avoir son serveur web (ou un espace web à soi) c'est complémentaire. Créer des documents est un exercice très formateur. Mais les publier en est un libérateur. Grâce à mes espaces web, je peux m'exprimer et interagir avec d'autres personnes.

H) Le courriel, les blogues, les wikis, les SPIP sont très bien pour communiquer de façon asynchrone, mais il y a des situations où de se jaser en direct est très utile. Choisir le bon outil pour la situation, voilà une action qui nécessite quelques compétences.

I et J) Partager ses signets sur le web est une action qui peut sembler «nombriliste». Après tout, qui s'intéresse à mes signets? On découvre avec l'utilisation de la folksonomie que l'intelligence collective ce n'est pas qu'un terme sans importance.

K) Comment savoir si professionnellement on évolue? J'utilise aussi un blogue pour mon travail. J'y blogue principalement sur des sujets MST.

L) Filmer une activité TIC et publier les vidéos est pour moi une autre façon de communiquer. Par contre, je suis pour la simplicité volontaire TIC. Pour un vidéo de 3 minutes je ne veux pas prendre 2 heures pour le traiter. Je me suis donc créé des scripts (avec ffmpeg) qui transforment mes vidéos AVI en FLV avec le bouton droit de la souris (le logiciel Flv encoder fait la même chose). Je publie par la suite mes vidéos dans un SPIP où le squelette est muni du lecteur Flash pour les FLV.

M) Fouiller dans le programme de formation pour y trouver l'information est pour moi assez compliqué. J'utilise plutôt le programmes présents dans le Cyberfolio: Primaire et 1er cycle du secondaire. Un autre besoin pour moi est de trouver de l'information rapidement sur les éléments du contenu (les savoirs essentiels). J'ai donc créé ce site qui reprend les contenus MST et qui fait des liens vers Wikipédia. Un exemple que traitement de l'information par rapport à la consommation de l'information.

N) Pour réaliser mes projets TIC, nul ne surpasse Google pour m'aider à résoudre mes problèmes.

O) Une photos sur une télévision c'est impressionnant. J'ai donc troqué mes cassettes VHS pour les DVD.

P) Il y a une multitude de contextes en MST où nous avons des données à traiter. Le faire papier-crayon peut être possible, mais grâce aux TIC on peut aller plus loin dans nos analyses.

Q) Un plan de travail peut être représenté grâce à un idéateur qui est un moyen différent de communiquer ses idées (par rapport au texte, son vidéo).

R) SPIP est devenu pour moi un outil incontournable pour publier du contenu (texte, images, son, vidéo) sur le web. Cet outil très puissant/souple est tout de même assez simple d'utilisation. Les élèves ont besoins d'une quinzaine de minutes pour publier leur premier texte.

3. À partir de vos actions, donnez une définition de l'intégration des TIC.

J'intègre les TIC quand:

* j'en ai besoin selon la tâche à réaliser;
* elles sont le meilleur choix;
* je veux partager mes travaux;
* je veux coopérer avec des gens à distance;
* je veux garder des traces de mes apprentissages/travaux;
* ...

4. Faites ensuite un parallèle avec les enseignants en vous demandant si un enseignant qui intègre les TIC devrait le faire dans le même esprit que vous le faites par vos actions.

Je fais une différence entre intégrer les TIC dans l'apprentissage et dans l'enseignement. Un enseignant peut permettre à ses élèves d'intégrer les TIC dans leurs apprentissages sans pour autant les intégrer dans ses propres apprentissages. Dans ce cas, il ne joue pas à l'expert TIC dans sa classe mais bien à l'expert de l'apprentissage qui exploite des outils (livres, tableau, TIC, calculatrice...).

Intégrer les TIC dans ses apprentissages n'est pas simple, mais c'est possible. Et comme un enseignant vit/travaille dans un contexte d'apprentissage, les TIC deviennent vite un atout.


5. Décrivez ensuite un élève qui intègre les TIC et expliquez, s'il y en a, les différences entre les actions de cet élève et vos actions.

Gilles décrit parfaitement ce que je crois:

Pour moi, un élève qui intègre les TIC en est un qui :
1- devant tout problème peut décider d'utiliser les TIC s'ils les jugent à propros, pertinentes et efficaces.
2- est capable d'utiliser différents outils technologiques pour communiquer
3- peut utiliser les TIC pour pousser plus loin ses réflexions, pour ajouter ses connaissances aux connaissances, pour partager ses forces, collaborer avec les autres.
4- juge et critique les moyens TIC utilisés pour arriver à ses fins.
5- peut s'amuser avec les technologies;
6- utiliser les tic pour garder des traces de ses apprentissages.

Différence en moi et cet élève? Je n'ai pas d'examen à passer.


6. Finalement, tentez d'expliquer la différence, s'il y en a une, entre les TIC et les TIC scolaire.

À l'école on veut tout contrôler. Ce que les TIC rendent très difficile.

À l'école on veut tout évaluer en oubliant que l'élève réalise des apprentissages ailleurs. Ce que les TIC facilitent.

Issue time21:46, par Gilles Jobin  
Catégories: Bloguons

J'ai passé la journée à initier tous les élèves d'une petite école primaire à Scratch. La plupart de ces élèves avaient déjà reçu au moins cinq heures de Squeak. Mais là, je voulais essayer quelque chose de nouveau, juste pour voir leur réception et pour évaluer un peu la difficulté relative des deux logiciels.

Ma préparation était minimale. J'avais fait les 9 ou 10 tutoriels sur Squeaki, et j'avais pris environ une demi-heure pour explorer Scratch «on my own». D'entrée de jeu, j'ai mentionné aux élèves que j'étais loin d'être spécialiste du logiciel, et que j'allais apprécier qu'ils me partagent leurs découvertes.

Avec les premières années, on a surtout manipulé le chat, et ajouté des objets (sprites).

En deuxième année, la différence était notable : les élèves lisant assez bien les briques, ils ont été capables de coller quelques briques et se sont bien amusés avec les sprites.

Déjà en troisième année, les élèves ont pu scripter plusieurs objets. Et je fus assiégé par des "Monsieur Gilles, comment on fait pour ... ".

J'ai aussi passé 2 cours avec les 4 et 5 années. Ils sont allés très loin, ayant fort bien compris les différentes portions de l'écran, la notion de costume, la modification des sprites, l'exécution simultanée de scripts, etc.

Mon dernier 50 minutes était réservé aux sixièmes années. J'ai donné fort peu d'explications, mais ils ont découvert plein de bidules. Un des élèves a même créé une petite histoire qui avançait en appuyant sur une touche.

Une autre a fait deux abeilles dans un jardin, et un personnage qui, les rencontrant, modifiait son costume, simulant ainsi sa surprise.

Après cette journée, je suis à peu près convaincu que Scratch est d'une appropriation beaucoup plus rapide que les Etoys de Squeak. Immédiatement, les élèves peuvent se mettre à programmer, à réaliser des animations et à créer des scènes complexes.

Les titulaires ont tous été impressionnés de la concentration des élèves, de leur motivation.

Issue time19:59, par François Rivest  
Catégories: Réflexions

Je lis un livre publié en 1981. Emprunté pour la première et dernière fois en 2000. Dans les marges se trouvent les commentaires de mon ancien collègue prof d'anglais. C'est comme si le livre était un blogue et ses pattes de mouche au stylo, les commentaires.

un livre 2.0

En lisant à la fois le texte du livre et les commentaires de mon ancien collègue, je vis une expérience intellectuelle enrichie. J'ajoute l'affection que j'avais pour ce type. Je le connaissais, nous avions souvent les mêmes élèves et réchauffions notre lunch dans le même micro-ondes. L'affectif enrichit d'autant plus ma lecture.

C'est très 2.0 "tout" ça! C'est pourtant un bon vieux bouquin de papier. En passant, même si cet ouvrage date de milleneufs'en-fait-plus, je le recommander chaudement.

Le livre? Oh... c'est presque secondaire... C'est "Jaillissement de l'esprit" par Seymour Papert: un des fondateurs du Logo et un des farfelus derrière le projet Un Portable Par Enfant (OLPC). Il contribue lui aussi à faire du mathophobe en moi un mathophile. D'autant plus qu'il semble convaincu, comme moi, que la meilleure manière de tuer l'amour de la mathématique, c'est en se servant d'un papier et d'un crayon.

Jaillissement de l'esprit

Issue time13:48, par Pierre Lachance  
Catégories: Logiciels, Rencontre nationale, Veille

Les idéateurs (mindmapping) sont un moyen de plus de présenter/structurer de l'information. CMap est un logiciel gratuit pour l'éducation permettant, entre autres, de travailler à plusieurs sur la même carte heuristique.

Lors de notre dernière rencontre nationale du RÉCIT à Duchesnay nous avons testé différentes applications de collaboration dont Cmap. Des problèmes? Ho oui! Pour pouvoir travailler à plusieurs sur un outil web, ça prend un bon, très bon lien Internet. &#59;)

Afin d'expérimenter le côté serveur, bien qu'il y ait des serveurs publics d'offerts, nous avons installé un serveur CMap à l'adresse http://cmap.recit.org. Ce serveur est mis à votre disposition, mais il y a une mise en garde: nous ne garantissons pas que vos CMap seront accessibles 24/24, 7/7, car le serveur peut lâcher (comme tout autre serveur en passant, mais ne connaissant pas trop la technologie utilisé par CMap, Tomcat, nous préférons vous en avertir). Nous faisons des sauvegardes sporadiquement, donc si vous déposez des CMap sur cmap.recit.org, vous pouvez les perdre :'( Conservez une copie quelque part (comme pour tous les documents numériques d'ailleurs, compétence Méthode de travail efficace).

Un autre point important, la bande passante de notre serveur n'est pas très large, on parle ici d'étroitesse assez limite. Donc si vous prévoyez travailler en grand groupe (disons plus de 10), tester avant l'événement, ça pourrait être lent.

Bon, maintenant que j'ai réussi à vous convaincre de ne pas utiliser ce serveur :> , vous pouvez faire vos tests et ensuite (après un coup de foudre avec CMap) faire pression sur votre CS pour vous installer un tel serveur et ainsi profiter de votre bande passante monstrueuse. Voici une page wiki (retirer le /v au bout de l'adresse pour pouvoir éditer la page) pour expliquer les rudiments de CMap et comment ajouter le serveur cmap.recit.org.

Bon CMap!