Issue time07:20, par Gilles Jobin  
Catégories: Bloguons

Trois blogues scolaires ont vu le jour dans ma CS.
Tout a commencé par un appel de MélanieStéphanie Demers, l'enseignante responsable du Programme d'éducation internationale. Elle désirait un blogue pour chacun de ses élèves pour qu'ils y développent leurs projets personnels.

Ce blogue tout juste installé, je reçois un appel de Jean Raymond, enseignant de français qui avait entendu parler de ce blogue sur la ligne de piquetage ! Il voulait en savoir plus. Quelques heures plus tard, le blogue de son projet Journal dialogué (diaBlogué!) était disponible. J'en parle un petit peu ici.

Puis, cette semaine, c'est Mario Cyr, enseignant de mathématique et de science qui désirait un blogue pour ses élèves de cinquième secondaire en philosophie (eh oui, il enseigne aussi cette matière !).

Jusqu'à présent, les réponses des élèves m'ébahissent et je ne peux que vous solliciter pour que vous veniez écrire un petit commentaire à quelques billets : il faut absolument encourager nos élèves à la réflexion par l'écriture, et leur signaler qu'ils sont lus par du vrai monde ne peut que les stimuler.

Issue time10:28, par Pierre Lachance  
Catégories: Logiciels, Réflexions, Veille

Un billet de M. François Guité me rappele cette discussion débutée par Gilles il y a quelque temps.

Le «social bookmarking» (à traduire) est un autre effet (site dynamique, blogue, wiki...) des applications dynamiques sur le web. Le concept est simple, les internautes (désirant toujours partager davantage) utilisent un outil web (disponible à tous) pour gérer leurs signets. Ce qui a pour résultat d'offrir une banque de liens toujours plus complète et qui se «valide» (attention à la validation ;o) ) avec le temps (si plusieurs utilisateurs ont comme signets http://monadresse.qqc pour le mot clé patate, on peut dire que cette adresse doit être intéressante pour se faire une poutine ;o) ).

Voici quelques caractéristiques intéressantes d'un tel outil (en plus de l'idée principale qui est le partage):

  • il permet d'avoir accès à ses signets de partout (très utile pour ceux qui n'ont pas de portable à eux).
  • il permet d'avoir des fils RSS sur divers éléments (sur tout le site, sur un mot-clé en particulier, d'un utilisateur précis (ex.: RÉCIT MST))
  • il affiche les mots-clés les plus populaires

Question: serait-ce un projet intéressant de mettre en place un outil semblable à http://del.icio.us:

  • en français;
  • sous licence GPL;
  • qui aurait pour but de répertorier des liens pédagogiques sous une licence libre (on pourrait mettre la base de données en téléchargement sur le web à tous les mois par exemple afin qu'elle soit pérenne);
  • ouvert aux internautes (élèves, éducateurs...)?

Sous-question: est-ce important d'avoir une telle banque de liens? Pour ma part, jusqu'à présent je n'avais pas vu l'utilité de faire des liens sur mes sites web, mais je dois avouer qu'avec l'idée de partage, des mots-clés... je me laisserais peut être tenter si je ne suis pas seul dans l'aventure ;o)

Issue time09:36, par Pierre Lachance  
Catégories: B2evolution

Bonjour à vous.

Un petit mot pour vous signaler que je viens de mettre à jour l'application utilisée pour le présent blogue. Donc si vous remarquez que quelque chose ne fontionne pas (plus), contactez-moi.

Voici les nouveautés sur cette version (la 0.9.1).

De plus, j'ai joué un peu dans les thèmes afin d'améliorer la navigation/affichage/francisation. Pour en savoir plus.

Issue time09:08, par Pierre Lachance  
Catégories: Réflexions

En lisant ce texte (Cyberpresse) ce matin et suite à une discussion sur le sujet sur la liste du RÉCIT, je peux m'empêcher d'écrire ce court billet.

Faire peur aux gens en disant que les écoles n'auront plus (ou moins) accès à l'Internet si un projet de loi (C-60) est adopté, c'est ordinaire comme argument.

Mais plus loin que ça, je considère que nos élèves doivent apprendre à respecter les droits d'auteurs. Donc je n'ai pas besoin de traitement de faveur pour l'éducation. Si on veut utiliser un oeuvre sous «copyright» pour un travail scolaire, qu'on paie les droits. C'est ce qu'on veut qu'il fasse lorsqu'il sera grand ;o)

De plus, nous avons débuté une discussion sur le contenu libre (pas libre de droits) ici, et sur les licences ici et ici. J'ai publié ce projet il y a quelques jours. Nous avons donc tout en main pour éduquer (notre rôle) les élèves à propos des droits d'auteurs.

Selon moi donc, ne faite pas d'exeption avec l'éducation.

Quelles sont vos sources de contenu (texte, images, sons...) libre?

Issue time14:48, par Daniel Ricard  
Catégories: Réflexions

Ça y est je suis parti! Deux articles dans la même journée!!

Hier j'avais une discussion sur la diffusion de documents produits par des groupes coopératifs régionaux. Ces productions sont le fruit d'un regroupement d'enseignant(e)s et de conseillers(ères) pédagogiques des commissions scolaires de notre région. Une collègue m'expliquait que certains membres de sa Table refusaient de diffuser leurs productions sur notre site web puisqu'ils ne seraient pas protégées ou que l'accès ne serait pas restreinte. On ne parlait pas ici de situations d'évaluation ou tout autre document que l'on veut protéger de la vue des élèves (quoi que même là...)

Ici commence ma réflexion concernant ce cas.
L'argent, provenant des contribuables, investi dans ces productions ne devrait-elle pas profiter à tous? Ne devrait-on pas automatiquement leur attribuer des licences "copyleft"?

Issue time11:41, par Daniel Ricard  
Catégories: Bloguons, Réflexions

L'été aura été l'occasion pour moi de découvrir le monde fascinant du blogue. Puisque je suis encore novice dans tous ces trucs socio-méta-démocratico-contructifs, je me pose encore des questions que je vous livre au grand jour.

Le blogue du Recit.org est né d'un besoin de garder des traces de nos échanges. Nous enrichissons ainsi la réflexion collective du Récit tout en gardant des traces du processus. Jusque là, tout va bien pour moi (et même plus puisque ça rejoint des valeurs éducatives que je prône quotidiennement). Mais là où je suis tout mêlé c'est lorsque soit je cherche de l'information, j'ai une question ou je veux partager une information, où je cherche? où j'écris? Le blogue, le wiki, le spip, la liste du Récit, un forum? Peut-on éclaicir le rôle de chaque médium à l'intérieur de notre beau grand réseau?

Issue time11:28, par Louis Longchamps  
Catégories: Bloguons

J'ai vu apparaître un lien vers une licence Creative Commons sur le présent blogue. Est-ce que l'on pourrait avoir une explication sur le choix de la licence? Avons nous un mot à dire la-dessus? Sommes-nous obligé d'avoir un copy-left sur sur un blogue comme celui du RECIT? Des petites questions comme ça en ce vendredi nuageux...

Issue time19:02, par Gilles Jobin  
Catégories: Bloguons

J'ai reçu aujourd'hui un rapport synthèse de la Société GRICS ayant pour objet l'utilisation du logiciel libre dans le réseau scolaire. En sous-titre, Orientations et rôle de la société; État de la situation des activités. Il est daté du 18 août 2005.

Je rappelle d'abord que, pour moi, le LL répond à mes valeurs éducatives profondes et que malgré ma position souvent critique face à la Société GRICS, je ne vois pas d'un mauvais oeil qu'elle désire s'impliquer dans ce domaine à la condition qu'elle le fasse «pour vrai». Ce document me laisse un peu sur ma faim.

Il s'agit de la version imprimée d'un PowerPoint (je suppose !) d'une trentaine de transparents.

Je ne peux vous l'hypertextualiser car je ne l'ai pas trouvé sur le site de la Société. Je vous suggère de trouver le document dans votre cs pour en faire votre propre interprétation.

En entendant, voici mes commentaires.

(Transparent 6) Dans les prochaines étapes au regard des orientations générales de la Société, on trouve :
Accès aux LL dans un site web de la Société Grics
Évaluation de l'opportunité d'adopter un environnement serveur «libre»
Développement d'une équipe Libre à la GRICS.

Mes questions : quels logiciels libres seront accessibles? Par exemple, les applications comme MILLE seront-elles disponibles? Il serait aussi intéressant de connaître les mandats de l'équipe Libre.

Au transparent 8, on apprend que la GRICS va assurer aux CS l'accès à des solutions libres et qu'elle diffusera l'information provenant de différents projets.

Mon commentaire : a-t-on besoin de la GRICS pour «assurer» l'accès à des solutions libres. Je trouve cela un peu prétentieux de sa part. Ne pourrait-elle pas s'associer à des organismes déjà en place qui promouvoient le LL? Je ne crois pas qu'il soit dans l'esprit du Libre de centraliser les accès aux solutions.

Transparent 15: La Société a démarré un projet d'apprentissage en ligne (libre, je crois!). Tranparent 16: Sa prochaine étape est de compléter ce projet, de le rendre disponible à la communauté.

Commentaire : Dans le monde du libre, le projet, au départ, doit être rendu disponible à la communauté. Il ne faut pas attendre que le projet soit complété. Il faut plutôt profiter immédiatement de la communauté du libre pour améliorer le projet. Il faut publier rapidement et souvent. C'est un principe du LL. Si la GRICS nous dit qu'elle pense «Libre» dans certains de ses projets, il faudrait aussi qu'elle travaille sur ces projets dans la philosophie du LL.

Tranparent 17 (la plus ... surprenante) : Analyser les produits en LL qui font compétition aux produits de la Société Grics et privilégier le support d'un seul produit.

Je crois qu'une société qui se dit exister pour rendre des services doit, justement, en rendre. Et d'après moi, ne favoriser qu'un seul produit signifie absence de différentiation des besoins des clients. Le LL a l'énorme avantage d'offrir souvent plusieurs produits différents qui solutionnent un même problème. Nous vivons une période où le client/utilisateur a un très grand choix d'outils. Ne laissons pas une tierce partie (l'équipe technique par exemple) décider de ce qui est bon ou non. Encore une fois, la GRICS se dit ouverte aux solutions libres mais semble ici encarcaner ses clients dans des solutions uniques. À mon avis, ce n'est pas la voie à suivre. D'ailleurs, sur ce même transparent on lit : «Réalisé : Annonce claire du support unique du portail Edu-Groupe.» Pourtant, la GRICS a été partenaire dans Mille, mais ne veut pas le supporter. Pourquoi???

Au transparent 22, on apprend que la Société démarrera une «fondation reliée à un centre d'expertise sur l'utilisation des LL dans les commissions scolaires du Québec.» De plus, la société veut «développer des produits complémentaires aux solutions libres».

Commentaire : Des produits complémentaires? Bon, je n'étais pas à la présentation, mais il me semble que lorsqu'on adopte un LL, on peut participer au développement dudit logiciel. Que signifie produits complémentaires? Cela pourrait-il être une documentation associée au logiciel? Un peu comme certains éditeurs qui publient des livres sur Gimp, par exemple? Est-il dans l'intention de la société de «vendre» ces compléments? Ou a-t-elle l'intention de participer à la grandeur du LL en laissant libres ces compléments? Le transparent est silencieux à cet effet.
Quant à la fondation, j'ai bien hâte d'en voir la charte.

Transparents 23 à 26 (on y vente la Société) On y apprend que la Société va continuer (sic) de s'impliquer par rapport au LL. Et que le LL ne remet pas en question la Société GRICS car «les c.s. vont continuer de s'appuyer sur la Société GRICS». Et puis, «À ce jour, le modèle d'affaires du libre qui assure une pérennité de service est difficilement viable dans un milieu économique fermé.» Finalement, à la question «Le modèle d'affaires de la Société Grics est-il remis en question?», on répond «Oui et non : Non pour la majorité des produits actuels; oui pour les services et produits nouveaux reliés aux LL.»

Le logiciel libre est d'abord une philosophie de partage des connaissances et d'entraide. C'est aussi un modèle constructiviste de développement. Or, il n'en est jamais question dans ce document de la Société. Vraiment, tout ce document me laisse sur ma faim...

Issue time14:26, par Louis Longchamps  
Catégories: Réflexions

Il y beaucoup de discussions en ce moment dans le monde virtuel sur les vertus des blogues. Je crois que c'est un outil intéressant, mais je cherchais quelque chose de plus étoffée. Juste dire que c'est un outil avec beaucoup de potentiel n'était pas suffisant. J'ai fait quelques recherches sur la question et je n'ai pas trouvé vraiment ce que je cherchais. J'ai mis le tout de côté et la réponse est arrivée par un canal que je n'attendais pas.

Educational Leadership
publie dans son édition de septembre un article sur les habitudes d'écriture sous la plus de Maureen O'Leary Wanket. C'est très intéressant et nous pouvons très bien appliquer les principes énumérés dans l'article à l'écriture sur un site web de contenu.

Plusieurs élèves dans nos écoles n'écrivent que lorsqu'ils doivent le faire. L'apprentissage de l'écriture va au-delà de la simple activité d'écrire. L'écriture forme notre pensée. Il est donc important de donner du temps aux élèves pour que ces derniers puissent écrire pour le plaisir d'écrire.

Maureen O'Leary Wanket demande à ses élèves de tenir un journal d'écriture. Elle explique que les recherches ont démontré que l'écriture d'un journal quotidien permettait aux élèves d'améliorer leurs performances (en écriture) dans leur langue maternelle, mais également dans les autres matières. De plus, les moments d'échange entre élèves permettent aussi de créer des liens intéressants; ils se comprennent plus.

Elle voit cinq avantages à apprendre l'écriture via un journal

-Le journal permet un temps de réflexion.
-Écrire un journal améliore la qualité de l'écriture en général.
-Un journal peut nous indiquer que quelque chose ne va pas.
-Le journal solidifie la relation maitre/élève.
-L'écriture d'un journal quotidien est une excellente façon d'entreprendre une journée de classe (5-10 minutes).

Elle donne huit règles d'or pour l'écriture d'un journal:

1) Toujours avoir une date, ca aide à suivre la progression;
2) Ne pas gaspiller du papier;
3) Écrire à l'encre de façon lisible;
4) Ne pas arrêter d'écrire;
5) Le journal ne sert qu'à ca;
6) Le journal est privé;
7) M'enfin...le journal n'est pas complètement privé;
8) Il y aura une appréciation (évaluation) du journal.

Bon, c'est ce que l'article nous dit. Maintenant, est-ce que l'on peut appliquer cet article à l'écriture sur un carnet virtuel? Je crois que les liens sont faciles à faire. Reprenons chacune des règles et voyons si on peut appliquer cela. Quand il est question d'outils, je fais référence à des des applications comme DotClear, B2Evolution ou SPIP.

1) La majorité des outils donne une date à l'écriture d'un billet ou d'un article.
2) L'utilisation d'un carnet ne gaspille pas de papier.
3) Il n'y a pas plusieurs façons d'écrire; on doit utiliser la clavier. Ce qui veut dire que les élèves devraient avoir leur doigté.
4) Un élève assis à un ordinateur doit écrire sans arrêt. La correction des fautes se fera plus tard. Plusieurs outils en ligne peuvent venir en aide à l'élève.
5) Le blogue ne doit servir qu'aux activités d'écriture demandées par l'enseignant(e).
6) Le journal peut être privé (il devrait l'être), mais certains outils permettent à d'autre d'aller lire les billets des autres auteurs, même si ces derniers ne sont pas publiés sur le web.
7) Le carnet n'est pas entièrement privé dans la mesure où l'enseignant(e) lira les billets. Le tout peut se faire à l'intérieur de l'outil. Si on veut partager, certains des billets devront être publics. L'enseignant(e) pourrait demander aux élèves de corriger un des billets écrit pendant la semaine pour qu'il soit publié. L'élève devra alors analyser le travail fait. Cette étape permet aux élèves de faire un pas en arrière et d'apprécier leur travail et celui des autres.
8) L'enseignant(e) peut évaluer les billets et suivre la progression de ses élèves.

Je crois que cet article peut être un bon point de départ pour ceux et celles qui cherchent des arguments en faveur de l'utilisation d'un carnet virtuel. Je vous invite également à consulter le document d'André Roux sur le site du RECIT du domaine des langues qui est très éclairant sur la question des blogues.

Issue time09:02, par Pierre Lachance  
Catégories: Partage

Voici quelques petits trucs que je trouve intéressants:

L'alternative gratuite et libre pour créer facilement tout document histoire-géographie: Grâce à OpenOffice.org vous avez la possibilité de créer des cartes, des lignes du temps, etc.

Vous voulez de l'information sur un mot en particulier? Aller l'écrire ici et voyez les liens proposés.

Vous voulez savoir à quelle heure se couche et se lève le soleil à Paris en mai? Rendez-vous ici. N'hésitez pas à utiliser l'assistant.

PS: Merci à Benoit St-André pour ces deux derniers sites.

----
Mise à jour du 14/09/05 à 14h50:


EducNet au secondaire

C'est Martin Lessard qui nous fait connaître des documents pouvant donner de bonnes idées pour l'utilisation et l'intégration des TIC au secondaire.