Issue time15:41, par Pierre Lachance  
Catégories: Partage

Coauteur: Benoit Petit

La question « Pourquoi le microblogue EnDirect? » est tout à fait pertinente. Car après tout Twitter est là et plusieurs personnes en lien avec l’éducation y sont membres.

Quelques raisons sont listées ci-dessous, mais disons qu’une de nos préoccupations est de fournir un environnement de microblogue où nous pouvons mieux encadrer son utilisation pédagogique. Nous croyons qu’un microblogue peut être un instrument très intéressant dans l’apprentissage des élèves, donc nous voulons offrir une alternative francophone aux enseignants qui veulent exploiter cette TIC avec ces caractéristiques :

  • communautés restreintes (seules des personnes en lien avec l’éducation peuvent être invitées dans la communauté, pas d’inscription ouverte à tous);
  • sujet ciblé : éducation, apprentissage, TIC, programme de formation, etc;
  • respect de la loi sur la protection des renseignements personnels;
  • canal de diffusion privilégié;
  • usage avec des élèves possibles;
  • plus de contrôle que Twitter (nous pouvons intervenir en cas de problèmes majeurs et nous savons ce qui adviendra des données publiées);
  • la fonction de création de groupes d’intérêt (disons !Préscolaire ou !CSXY) permet aux membres de suivre des sujets précis tout en s’identifiant à ce groupe.
  • la possibilité de suivre par fil RSS le contenu (les groupes, un membre, un mot-clé...) amène un plus par rapport à Twitter;
  • EnDirect n’est pas bloqué dans les CS;
  • aide à séparer le professionnel du personnel;
  • utilise le logiciel libre Statusnet (http://status.net/ ), ce qui implique qu’il peut communiquer avec d’autres installations de cette application (ex.: http://identi.ca ou une installation dans votre CS). Voir cette page pour de l’aide: http://recit.org/wiki/EnDirect/v#statusnet ;
  • Tous les contenus EnDirect et les données sont disponibles sous la licence Creative Commons Attribution 3.0. (ce qui garanti que vous gardez vos droits d’auteurs tout en permettant aux autres d’utiliser vos informations partagées).

Le but n’est donc pas de remplacer Twitter dans le coeur de personne &#59;), mais bien de le compléter pour certains besoins bien précis. De plus, on peut configurer EnDirect pour qu’il envoie automatiquement ses statuts (gazouillis) vers son compte Twitter. Voir cette page: http://recit.org/wiki/EnDirect/v#twitter

Vous désirez être invité sur EnDirect? Contactez-nous : pierre.lachance@recitmst.qc.ca ou benoit.petit@cssh.qc.ca

Bon microblogue!

Issue time16:34, par  
Catégories: Rencontre nationale, Bloguons, EPad.RECIT.org

J'ai assisté à la rencontre nationale des gestionnaires la semaine dernière. Cette rencontre est très bien organisée et animée. Toutefois, il est dommage que le RÉCIT n'ait pas été « mis dans le coup » davantage depuis le tout début. Notre contribution peut faire toute la différence. C'est le temps de mettre en évidence notre expertise technopédagogique et non pas uniquement technologique. Plusieurs sujets abordés mettent en évidence non seulement la valeur ajoutée des TIC mais sa dimension essentielle dans cette société du savoir qu'est la nôtre et nous interpellent sur le rôle prédominant que pourrait jouer l'école. Cette réflexion rejoint plusieurs éléments que nous avons discutés en plénière à la rencontre nationale du RÉCIT à Duchesnay autour de « L'école numérique ».

Animatrices et animateurs du RÉCIT, si cette rencontre n'a pas encore eu lieu dans votre commission scolaire et que vous pouvez vous libérer, je vous propose d'insister pour y participer.

Une suggestion : dans notre commission scolaire, j'ai proposé l'utilisation de Google Document pour la prise de notes collectives. Cela a grandement aidé le travail en équipe et les synthèses avant le retour en plénière. Vous pourriez également utiliser le bloc-note collaboratif du RÉCIT : http://epad.recit.org. Pour obtenir un compte PRO permettant de protéger la page de notes, vous pouvez en faire la demande à Pierre Lachance.

Si vous y participez, n'hésitez pas à relayer vos coups de coeur via Twitter ou EnDirect en utilisant le mot-clé (hashtag) #RN2010.

En espérant pouvoir vous y lire...

Bonne semaine!

Benoit

Issue time12:30, par Pierre Lachance  
Catégories: Logiciels, Partage

Lors d'une formation en robotique à la CS Chemin-du-Roy, nous avons été informé d'un défi Scratch qui a eu lieu au printemps dernier.

L'idée des défis lancés aux écoles me semble très intéressant pour faire connaître Scratch et ses possibilités (en plus de faire faire des mathématiques aux élèves). Voici les règles pour le programme Scratch proposées par M. Paul Montembeault (l'initateur du défi) qui partage son document avec nous afin de donner des idées à d'autres milieux.

Conception
1.1. Le logiciel SCRATCH version 1.3 ou 1.4 doit être utilisé pour créer l’oeuvre.
1.2. Le paysage doit contenir, au minimum, les formes géométriques suivantes : cercle, carré,
rectangle, triangle, hexagone. Ces formes devront être tracées par un lutin.
1.3. La scène peut contenir une image d’arrière-plan, mais aucune forme géométrique exigée
à la règle précédente.
1.4. Au moins un lutin doit être utilisé pour créer les formes géométriques (à l’aide du stylo).
1.5. La créativité, le choix des couleurs, de la taille des traits et la précision des formes, …
seront pris en compte dans le pointage final.
1.6. Le lutin doit « prendre son temps » pour dessiner le paysage (un déplacement « lent »
pour tracer les formes et entre chaque forme).

Le document complet se trouve ici.

Vous seriez intéressé à participer à un tel défi au niveau national? Exprimez-vous dans les commentaires ci-dessous.

Bon Scratch!

Issue time14:49, par Pierre Lachance  
Catégories: Logiciels, Veille

Suite à un message de Benoit Petit, je réalise ne pas avoir billeté que Twitter et EnDirect (contient moins de bruits, car axé éducation) sont devenus un excellent moyen de s'informer (et apprendre) de ce qui se passe en éducation.

Voici le contenu du message de Benoit qui présente des listes de personnes utilisant ces microblogues en éducation.


Voici le lien vers le fil de la rencontre nationale des gestionnaires :
http://twitter.com/#!/search?q=%23RN2010

Tant qu'à parler de Twitter, je vous propose 4 listes à suivre sur Twitter :

Les services locaux du RÉCIT : http://twitter.com/#!/list/recitqc/recit-locaux
Les services régionaux du RÉCIT à la FGA : http://twitter.com/#!/list/recitqc/recit-fga

Les services nationaux du RÉCIT : http://twitter.com/#!/list/recitqc/recit-nationaux

Des personnes oeuvrant en éducation au Québec et au Canada francophone : http://twitter.com/#!/petitbenoit/education-qc

Vous devriez être listé dans une ou l'autre de ces listes, mais vous n'y êtes pas, faites-moi signe et je vous ajouterai.

Bonne journée!


Note de Pierre L: si vous désirez vous créer un compte sur EnDirect, contactez-moi.

Bon microblogue!

Issue time13:17, par Gilles Jobin  
Catégories: Bloguons

Billet originalement publié sur les Jobineries.

Scratch, logiciel de programmation, est suggéré pour les enfants à partir de 8 ans. Cependant, même à 6 ans, il est possible de « jouer » avec le logiciel.


Dans la vidéo ci-dessous, vous verrez plusieurs extraits dans lesquels des enfants de première année du primaire manipulent quelques briques. Il ne faut pas oublier que ces élèves savent à peine lire et écrire.

C’est Carolyne, stagiaire en stage 4 de l’UQO qui m’a invité à passer 3 sessions d’une heure dans sa classe. Geneviève, son maître-guide, lui avait en effet suggéré de prendre contact avec moi au regard de l’intégration des TIC à l’aide de Scratch.

La première heure fut consacrée aux manipulations élémentaires des lutins (agrandissement, coupure, duplication, insertion, changement de scène, dessins, etc.)

À la fin de cette heure, j’avais demandé à Carolyne de préparer les enfants à lire des briques du genre AVANCER, TOURNER, QUAND DRAPEAU PRESSÉ, etc. C'est ainsi qu'à la deuxième session, les élèves retrouvaient facilement les briques et ils ont pu faire un peu d’animation avec leurs lutins.

La vidéo présente quelques séquences de la troisième session pendant laquelle j’initie les élèves à activer la brique DIRE à l’aide des touches du clavier.

Vers le milieu de la vidéo, je pose quelques questions à Carolyne (que je remercie grandement pour son ouverture !). Plus loin, un peu par hasard, j’ai capté un YES! d’une élève qui venait de réussir son script. Remarquez aussi les yeux des élèves, et la relative clarté de leurs explications.

En passant, si vous désirez essayer Scratch avec vos élèves, contactez l’animateur RÉCIT de votre CS. Il se fera certainement un plaisir de vous donner un coup de main !



Issue time11:12, par Pierre Lachance  
Catégories: Logiciels

Comme mentionné par France Leclerc ici, la suppression d'une note pose problème si vous avez activé la lien avec votre compte Twitter. On obtient un message de ce type:

{"error":"Pas de statut trouv\u00e9 avec cet ID.","request":"\/1\/statuses\/destroy\/3101726794060000.json"}

Après des fouilles, il semble que ce soit un bogue de l'application Statusnet depuis que Twitter a changé quelque peu ses api et que Statusnet a changé sa façon de parler à Twitter.

J'ai demandé de l'aide sur le forum et on m'a répondu de faire ceci pour l'instant (en attendant des corrections dans l'application Statusnet):

Si vous devez supprimer une note, désactiver la connexion avec votre compte Twitter en vous rendant sur ce lien: http://recit.org/endirect/settings/twitter, supprimer votre note, réactiver votre connexion Twitter.

Je sais, c'est plate, mais que voulez-vous, ce sont des TIC et rien n'est parfait dans ce monde.

Dès que le problème est réglé, je vous fais signe.

Désolé pour le désagrément.

Bon microblogue tout de même.

Issue time08:39, par Pierre Lachance  
Catégories: EPad.RECIT.org

Comme prévu, les services Web du RÉCIT MST ont été déménagés dans les derniers jours. Ce déménagement avait pour but de profiter d'une bande passante plus large et d'un serveur plus puissant pour le service Epad.RECIT.org qui demande pas mal de jus côté serveur.

Epad.RECIT.org est donc de retour en ligne après une déconnexion de quelques semaines. Toutes les notes et les comptes pro (comptes privés) ont été sauvegardés.

Ne pouvant pas savoir à l'avance combien de personnes pourront se connecter (20 était le maximum de l'ancien serveur) sur le service en même temps sans causer des problèmes, je vous conseille, si votre groupe est de plus de 20 personnes, d'avoir un plan B encore une fois.

Si vous faites des tests à plus de 10 personnes, faites-moi savoir par courriel si le service a tenu le coup ou non. Ça m'aidera à continuer à ajuster le service (on peut encore «grossir» la machine au besoin).

Rappel important: le service Epad.RECIT.org n'est pas un service professionnel comme Google Docs ou autres, alors faites des sauvegardes des notes importantes pour vous. Nous ne pouvons pas garantir que vous ne perdrez pas de données :(

Bon Epad!

Issue time10:08, par Pierre Lachance  
Catégories: Veille

Tout le monde connait la suite d'outils 2.0 de Google (document, présentation, tableur, formulaire, dessin).

Mais saviez-vous que les graphiques dés réponses à un formulaire (comme celui-ci) sont générés automatiquement par l'outil?

Pour voir les graphiques de votre formulaire, rendez-vous dans le tableur relié au formulaire, menu «Afficher le résumé des réponses».

Vos obtiendrai ce type de graphiques.

Ça peut être utile pour des petits sondages lors d'une formation, sans avoir à réaliser à la main le traitement de données.

Bon formulaire!

PS: Merci à Pierre Couillard pour la découverte de cette fonction très utile selon moi.

Issue time08:58, par  
Catégories: Bloguons

Pour une réflexion sur le TBI
À la suite de mon billet intitulé, “Aux abris! Les TBI sont parmi nous”, où je lançais un appel à une réflexion sur l’utilisation du TBI, je crois maintenant important de présenter quelques orientations afin que nous ayons des échanges constructifs sur le sujet. Il s’agit en fait de grands principes qui je crois, doivent guider notre réflexion sur l’utilisation du tableau interactif.

1- Intégrer le TBI dans nos pratiques
Comment comprendre l’intérêt d’une technologie sans y avoir recours nous-mêmes dans notre travail lorsque c’est nécessaire, pour réaliser une tempête d’idées par exemple? Lors de la formation à Duschenay, j’ai trouvé rafraîchissant de voir des personnes ressources du RÉCIT réfléchir debout devant un tableau plutôt que devant des écrans de portable. J’ai cru entendre quelqu’un souligner que nous pensons différemment debout.

2- Intégrer le TBI à notre discours
Nous devons parler du TBI en termes pédagogiques pour répondre à des besoins pédagogiques avant tout. Pour l’instant, nous parlons beaucoup de technologie et de prix. J’ai eu un réel échange pédagogique en discutant avec mes collègues, Alexandre Lanoix et Marianne Giguère, à propos de lecture de cartes et de croquis de géographie par exemple, ou lors d’une conversation avec Nathalie Frigon sur la taxonomie de Bloom. L’intérêt pédagogique du tableau était alors plus clair.

3- Intégrer le TBI dans nos formations
Lorsqu’il est disponible, nous devons utiliser le TBI dans nos formations. Pour l’instant, je peux affirmer sans me tromper que nous l’utilisons beaucoup comme projecteur. Accompagner un bon conseil d’un mauvais exemple n’est certainement pas dans la culture du RÉCIT.

4- L’intégrer dans un paradigme d’apprentissage et d’enseignement
Le TBI a été rapidement classé comme outil d’enseignement... mais que savons-nous réellement de son utilisation pédagogique en classe en enseignement magistral? À ce sujet, rappelons que le mandat du RÉCIT précise que nous devons former les enseignants à “utiliser efficacement les TIC à des fins d’enseignement et d’apprentissage dans les différentes disciplines”. Soulignons que je partage l’avis qu’il sera difficile d’amener les enseignants à utiliser le TBI comme un outil d’apprentissage. Mais n’est-ce pas ce que nous tentons de faire depuis 10 ans au RÉCIT, convaincre que l’élève doit utiliser les technologies pour développer ses compétences?

5- L’intégrer dans une vision globale d’utilisation des technologies
Il nous faut voir le TBI comme un outil supplémentaire mis à la disposition de l’enseignant, qui peut l’utiliser en complémentarité avec d’autres outils TIC et comme soutien d’une démarche pédagogique. Il faut faire en sorte que le TBI contribue à une utilisation des TIC par l’élève, une utilisation non seulement du TBI, mais de tous les outils qui sont à sa disposition. Toutes propositions d’utilisation du TBI devraient être accompagnées d’un travail de l’élève à l’ordinateur. Par exemple, si le TBI est utilisé pour travailler sur le plan de la ville de Paris, pourquoi ne pas prolonger naturellement l’activité vers une utilisation au laboratoire de Google maps par l’élève?

6- L’intégrer avec un esprit critique
Gardons en tête que le TBI n’est pas un outil révolutionnaire. Il est un moyen technologique supplémentaire au service de l’enseignement et de l’apprentissage à l’école. Comme nous le faisons pour tous les autres moyens technologiques, soyons critiques face à son utilisation en classe et assurons-nous que les écoles en fassent l’achat pour les bonnes raisons. Enfin, soyons vigilants dans le choix des activités que nous diffuserons. Au service national du RÉCIT de l’univers social, nous avons pris la décision de travailler sur des techniques historiques et géographiques ou sur des démarches pédagogiques accompagnées d’exemples afin de faire en sorte qu’il n’y ait pas de mauvaises interprétations de notre vision de l’utilisation pédagogique du TBI.

-----------

Je crois que si nous gardons en tête ces grandes orientations, nous pourrons certainement en arriver à échanger de façon constructive sur le TBI. Ces échanges nous permettront d’accompagner les enseignants, et les élèves, dans leur appropriation de l’outil. Nous avons la chance au RÉCIT de compter sur un réseau multitâche. Profitons de la contribution de tous pour avancer dans le dossier. Je vous laisse, j’ai un atelier sur le Web 2.0 à préparer, un dossier tout aussi important.

Issue time13:18, par Pierre Lachance  
Catégories: Veille

Je prends quelques octets pour organiser un peu l'information en lien avec les travaux concernant le Web 2.0 de quelques membres du RÉCIT.

Urgence?

Selon ce qu'on m'a dit la semaine dernière (bonne source), une mauvaise utilisation du Web 2.0 a mené à au moins un congédiement d'un enseignant (on n'a pas toute l'information, c'était peut être la goutte d'eau qui a fait déborder le vase). On voit également passer ici et là des nouvelles en lien avec des cas d'élèves qui ont utilisé le Web 2.0 (surtout les réseaux sociaux) de façon criminelle (menace de mort, falsification d'identité, etc).

Ce qui m'amène à penser que le milieu scolaire doit agir au plus tôt (information, formation, encadrement, etc) afin de se protéger et de protéger les élèves/enseignants face aux technologies 2.0. Voilà le pourquoi de ce qui suit.

Document de base

Un document (voir le plan) est en rédaction par Bertin Desjardins et moi sur les différents aspects du Web 2.0. Vous pouvez consulter la version du 12 octobre ici. Vous avez des questions/suggestions, utilisez les commentaires du présent billet ou contactez-moi.

Ce document de travail sera publié en version 0.1 dans les prochains jours afin de donner le plus tôt possible des pistes de réflexion au milieu scolaire.

Une version plus « finie » devrait être publiée d'ici mars 2011.

Site Web

Un site Web (http://recit.org/web2/) est né la semaine dernière (donc, ne contient presque rien pour l'instant), site qui a pour but de publier de l'information, des documents, pouvant être utiles aux écoles/CS/comité 2.0... Vous désirez y participer? Contactez-moi.

Partage et nouvelles

Lors de notre atelier sur le Web 2.0, les participantes et participants ont choisi le microblogue EnDirect et la liste du RÉCIT comme moyen de partager et d'informer sur ce qui se passe en lien avec le Web 2.0.

Ne pas oublier de placer le mot-clé #Web2.0 dans vos statuts dans EnDirect (suivre le fil RSS de ce sujet sur EnDirect).

Formations

Vous avez besoin d'information, de formation, d'accompagnement en lien avec le Web 2.0? Le point de départ est votre personnes ressources du RÉCIT de votre commission scolaire. Cette personne pourra par la suite trouver une ressource qui pourra répondre aux besoins du milieu.

Voilà pour où nous en sommes dans notre volonté d'agir en personne prudente et diligente (en bon père de famille) dans le cas du Web 2.0.

Mise à jour du 25 octobre: La version 10.10 du document «À propos du Web 2.0» est publié ici.