Il y beaucoup de discussions en ce moment dans le monde virtuel sur les vertus des blogues. Je crois que c'est un outil intéressant, mais je cherchais quelque chose de plus étoffée. Juste dire que c'est un outil avec beaucoup de potentiel n'était pas suffisant. J'ai fait quelques recherches sur la question et je n'ai pas trouvé vraiment ce que je cherchais. J'ai mis le tout de côté et la réponse est arrivée par un canal que je n'attendais pas.

Educational Leadership
publie dans son édition de septembre un article sur les habitudes d'écriture sous la plus de Maureen O'Leary Wanket. C'est très intéressant et nous pouvons très bien appliquer les principes énumérés dans l'article à l'écriture sur un site web de contenu.

Plusieurs élèves dans nos écoles n'écrivent que lorsqu'ils doivent le faire. L'apprentissage de l'écriture va au-delà de la simple activité d'écrire. L'écriture forme notre pensée. Il est donc important de donner du temps aux élèves pour que ces derniers puissent écrire pour le plaisir d'écrire.

Maureen O'Leary Wanket demande à ses élèves de tenir un journal d'écriture. Elle explique que les recherches ont démontré que l'écriture d'un journal quotidien permettait aux élèves d'améliorer leurs performances (en écriture) dans leur langue maternelle, mais également dans les autres matières. De plus, les moments d'échange entre élèves permettent aussi de créer des liens intéressants; ils se comprennent plus.

Elle voit cinq avantages à apprendre l'écriture via un journal

-Le journal permet un temps de réflexion.
-Écrire un journal améliore la qualité de l'écriture en général.
-Un journal peut nous indiquer que quelque chose ne va pas.
-Le journal solidifie la relation maitre/élève.
-L'écriture d'un journal quotidien est une excellente façon d'entreprendre une journée de classe (5-10 minutes).

Elle donne huit règles d'or pour l'écriture d'un journal:

1) Toujours avoir une date, ca aide à suivre la progression;
2) Ne pas gaspiller du papier;
3) Écrire à l'encre de façon lisible;
4) Ne pas arrêter d'écrire;
5) Le journal ne sert qu'à ca;
6) Le journal est privé;
7) M'enfin...le journal n'est pas complètement privé;
8) Il y aura une appréciation (évaluation) du journal.

Bon, c'est ce que l'article nous dit. Maintenant, est-ce que l'on peut appliquer cet article à l'écriture sur un carnet virtuel? Je crois que les liens sont faciles à faire. Reprenons chacune des règles et voyons si on peut appliquer cela. Quand il est question d'outils, je fais référence à des des applications comme DotClear, B2Evolution ou SPIP.

1) La majorité des outils donne une date à l'écriture d'un billet ou d'un article.
2) L'utilisation d'un carnet ne gaspille pas de papier.
3) Il n'y a pas plusieurs façons d'écrire; on doit utiliser la clavier. Ce qui veut dire que les élèves devraient avoir leur doigté.
4) Un élève assis à un ordinateur doit écrire sans arrêt. La correction des fautes se fera plus tard. Plusieurs outils en ligne peuvent venir en aide à l'élève.
5) Le blogue ne doit servir qu'aux activités d'écriture demandées par l'enseignant(e).
6) Le journal peut être privé (il devrait l'être), mais certains outils permettent à d'autre d'aller lire les billets des autres auteurs, même si ces derniers ne sont pas publiés sur le web.
7) Le carnet n'est pas entièrement privé dans la mesure où l'enseignant(e) lira les billets. Le tout peut se faire à l'intérieur de l'outil. Si on veut partager, certains des billets devront être publics. L'enseignant(e) pourrait demander aux élèves de corriger un des billets écrit pendant la semaine pour qu'il soit publié. L'élève devra alors analyser le travail fait. Cette étape permet aux élèves de faire un pas en arrière et d'apprécier leur travail et celui des autres.
8) L'enseignant(e) peut évaluer les billets et suivre la progression de ses élèves.

Je crois que cet article peut être un bon point de départ pour ceux et celles qui cherchent des arguments en faveur de l'utilisation d'un carnet virtuel. Je vous invite également à consulter le document d'André Roux sur le site du RECIT du domaine des langues qui est très éclairant sur la question des blogues.