J'ai reçu aujourd'hui un rapport synthèse de la Société GRICS ayant pour objet l'utilisation du logiciel libre dans le réseau scolaire. En sous-titre, Orientations et rôle de la société; État de la situation des activités. Il est daté du 18 août 2005.

Je rappelle d'abord que, pour moi, le LL répond à mes valeurs éducatives profondes et que malgré ma position souvent critique face à la Société GRICS, je ne vois pas d'un mauvais oeil qu'elle désire s'impliquer dans ce domaine à la condition qu'elle le fasse «pour vrai». Ce document me laisse un peu sur ma faim.

Il s'agit de la version imprimée d'un PowerPoint (je suppose !) d'une trentaine de transparents.

Je ne peux vous l'hypertextualiser car je ne l'ai pas trouvé sur le site de la Société. Je vous suggère de trouver le document dans votre cs pour en faire votre propre interprétation.

En entendant, voici mes commentaires.

(Transparent 6) Dans les prochaines étapes au regard des orientations générales de la Société, on trouve :
Accès aux LL dans un site web de la Société Grics
Évaluation de l'opportunité d'adopter un environnement serveur «libre»
Développement d'une équipe Libre à la GRICS.

Mes questions : quels logiciels libres seront accessibles? Par exemple, les applications comme MILLE seront-elles disponibles? Il serait aussi intéressant de connaître les mandats de l'équipe Libre.

Au transparent 8, on apprend que la GRICS va assurer aux CS l'accès à des solutions libres et qu'elle diffusera l'information provenant de différents projets.

Mon commentaire : a-t-on besoin de la GRICS pour «assurer» l'accès à des solutions libres. Je trouve cela un peu prétentieux de sa part. Ne pourrait-elle pas s'associer à des organismes déjà en place qui promouvoient le LL? Je ne crois pas qu'il soit dans l'esprit du Libre de centraliser les accès aux solutions.

Transparent 15: La Société a démarré un projet d'apprentissage en ligne (libre, je crois!). Tranparent 16: Sa prochaine étape est de compléter ce projet, de le rendre disponible à la communauté.

Commentaire : Dans le monde du libre, le projet, au départ, doit être rendu disponible à la communauté. Il ne faut pas attendre que le projet soit complété. Il faut plutôt profiter immédiatement de la communauté du libre pour améliorer le projet. Il faut publier rapidement et souvent. C'est un principe du LL. Si la GRICS nous dit qu'elle pense «Libre» dans certains de ses projets, il faudrait aussi qu'elle travaille sur ces projets dans la philosophie du LL.

Tranparent 17 (la plus ... surprenante) : Analyser les produits en LL qui font compétition aux produits de la Société Grics et privilégier le support d'un seul produit.

Je crois qu'une société qui se dit exister pour rendre des services doit, justement, en rendre. Et d'après moi, ne favoriser qu'un seul produit signifie absence de différentiation des besoins des clients. Le LL a l'énorme avantage d'offrir souvent plusieurs produits différents qui solutionnent un même problème. Nous vivons une période où le client/utilisateur a un très grand choix d'outils. Ne laissons pas une tierce partie (l'équipe technique par exemple) décider de ce qui est bon ou non. Encore une fois, la GRICS se dit ouverte aux solutions libres mais semble ici encarcaner ses clients dans des solutions uniques. À mon avis, ce n'est pas la voie à suivre. D'ailleurs, sur ce même transparent on lit : «Réalisé : Annonce claire du support unique du portail Edu-Groupe.» Pourtant, la GRICS a été partenaire dans Mille, mais ne veut pas le supporter. Pourquoi???

Au transparent 22, on apprend que la Société démarrera une «fondation reliée à un centre d'expertise sur l'utilisation des LL dans les commissions scolaires du Québec.» De plus, la société veut «développer des produits complémentaires aux solutions libres».

Commentaire : Des produits complémentaires? Bon, je n'étais pas à la présentation, mais il me semble que lorsqu'on adopte un LL, on peut participer au développement dudit logiciel. Que signifie produits complémentaires? Cela pourrait-il être une documentation associée au logiciel? Un peu comme certains éditeurs qui publient des livres sur Gimp, par exemple? Est-il dans l'intention de la société de «vendre» ces compléments? Ou a-t-elle l'intention de participer à la grandeur du LL en laissant libres ces compléments? Le transparent est silencieux à cet effet.
Quant à la fondation, j'ai bien hâte d'en voir la charte.

Transparents 23 à 26 (on y vente la Société) On y apprend que la Société va continuer (sic) de s'impliquer par rapport au LL. Et que le LL ne remet pas en question la Société GRICS car «les c.s. vont continuer de s'appuyer sur la Société GRICS». Et puis, «À ce jour, le modèle d'affaires du libre qui assure une pérennité de service est difficilement viable dans un milieu économique fermé.» Finalement, à la question «Le modèle d'affaires de la Société Grics est-il remis en question?», on répond «Oui et non : Non pour la majorité des produits actuels; oui pour les services et produits nouveaux reliés aux LL.»

Le logiciel libre est d'abord une philosophie de partage des connaissances et d'entraide. C'est aussi un modèle constructiviste de développement. Or, il n'en est jamais question dans ce document de la Société. Vraiment, tout ce document me laisse sur ma faim...