Compétition de robotique 03-12 2008

Mai 2nd, 2008

Pour une troisième année, les services locaux du RÉCIT de la région de la Capitale-Nationale-Chaudière-Appalaches organisent une journée de robotique. Treize équipes du primaire et huit du secondaire ont relevé les défis de cette année.

On se prépare

L'équipe organisatrice arrive tôt au Musée de la civilisation de Québec pour préparer l'accueil et les salles.

accueil

8h30, les élèves commencent à arriver sur place, on voit déjà les étincelles dans leurs yeux.

Ouverture

Madame Michèle Forest ouvre la journée en présentant un collaborateur, monsieur Daniel Rousse (UQAR).

L'histoire de la robotique est présenté aux participants par le professeur Guy Gauthier (École de technologie supérieure).

Une très bonne présentation où on a appris, entre autres, que Houdini a restauré un automate (La joueuse de Tympanon), la source du mon sabotage, et encore plus.

Ha oui, une autre chose que j'ai apprécié de la présentation est la partie sur Isaac Asimov. M.Gauthier a incité les jeunes à lire l'oeuvre de cet auteur afin de «tripper» (ce sont ses mots) sur la robotique encore plus. M. Gauthier espère également que les robots des élèves respectent les trois lois de la robotique:

  • Première Loi : Un robot ne peut ni porter atteinte à un être humain ni, restant passif, laisser cet être humain exposé au danger ;
  • Deuxième Loi : Un robot doit obéir aux ordres donnés par les êtres humains, sauf si de tels ordres sont en contradiction avec la Première Loi ;
  • Troisième Loi : Un robot doit protéger son existence dans la mesure où cette protection n'entre pas en contradiction avec la Première ou la Deuxième Loi.

À la fin de la présentation, les élèves se dirigent vers leur salle de travail où ils programmeront, ajusteront, leur robot afin de réaliser la tâche de la journée.

Tâche du primaire

Tâche du secondaire

11h30

Des rumeurs nous signalent que le défi du secondaire n'est pas de tout repos. Mais j'ai confiance en ces jeunes.

Tout se déroule parfaitement, tout le monde travaille très fort pour bien représenter leur école et leur commission scolaire. Ce sont déjà des vainqueurs.

Les enseignants ne peuvent pas être dans la salle où travaillent les élèves. À écouter les conversation de corridors, on comprend qu'il y a de la nervosité positive. Laissons aller nos élèves, ils nous épateront. Promis &#59;)

PM

Les essais officiels débutent à 12h30 dans le hall d'entrée du musée. Les équipes semblent confiantes face au défi, mais un petit rien peut tout chambouler avec les robots.

Au primaire, une équipe a presque tout réussi les défis. Wow!

La charge la plus lourde à avoir été soulevé par une équipe du secondaire est de 3 Kg. Bravo!

Les élèves sont maintenant en attente (14h45) des résultats. De beaux prix sont à gagner.

La conférence de fermeture, par M. Mario Tremblay, offre la possibilité de faire un tour des différents domaine où la robotique a des applications.

Mise à jour: lundi 5 mai 2008:

Un texte sur Canoe.

M. Guy Gauthier nous autorise à utiliser sa présentation sur l'historique de la robotique. Voici l'archive (PPT et vidéos).

Des vidéos ont été ajoutés sur Robot-TIC.qc.ca.

Mes impressions

Ce fut une très belle journée de robotique encore cette année. J'ai bien aimé les présentations de début et de fin de journée. Ça met un peu de chaire autour de l'os.

L'endroit choisi pour la compétition, le Musée de la Civilisation de Québec, permet de montrer aux visiteurs qu'il se fait des choses intéressantes dans la région. Des visiteurs (dont des élèves) ont pû regarder les robots évoluer. Un peu de publicité ça fait pas de tord.

Le défi du secondaire, de par sa configuration, a été un peu moins spectaculaire (pas moins intéressant par contre), car on ne pouvait pas vraiment suivre ce que l'équipe faisait autour de leur robot.

Bravo à Michelle Forest et Patrick Touchette pour l'organisation de la journée.

À l'an prochain.

Si on bloque les vidéo chez vous...

Avril 28th, 2008

...et que vous aimeriez utiliser un des vidéos du site bloqué à des fins pédagogiques, voici un petit truc.

Installer l'extension UnPLug pour Firefox (si vous ne voulez toujours pas utiliser un bon navigateur:>, il y a TubeMaster et aussi un truc pour Safari).

Avec UnPlug, rendez-vous sur le site du vidéo puis avec le menu Outils-UnPlug vous aurez la possibilité de télécharger le vidéo de vos rêves et en faire ce que la licence du vidéo permet :roll:

Bon vidéo malgré les obstacles!

Le colloque TIC de l'Outaouais 2008

Avril 24th, 2008

La région de l'Outaouauis a pris la bonne habitude d'organiser un colloque TIC vers la fin avril depuis quelques années. Encore cette année nous nous sommes déplacé dans cette très belle région pour offrir notre expertise à quelques participants audacieux &#59;)

Cette année, nous avons pris congé du lourd matériel de robotique à transporter ou encore des géobidules utilisables principalement par les enseignants en mathématique. Nous offrons une journée sur le Web 2.0 et ses possibilités dans l'esprit de la formation continue.

Voir cette page pour notre documentation utilisée lors de la journée.

J'ai eu beaucoup de plaisir à introduire les concepts autour du Web 2.0 et de faire des liens avec la classe. Je crois qu'il y aura des outils qui seront réutilisés par les enseignants. Quelques-uns se sont créé un blogue, j'aimerais en voir continuer à bloguer. À suivre...

Les rencontres informelles, aux pauses par exemple, sont également très riches. Le partage est une valeur importante pour les amoureux des TIC.

Je tiens à féliciter les enseignants qui ont participé à ce colloque TIC, comme quoi les TIC peuvent attirer/animer bien du monde.

Je lève mon chapeau aux organisateurs (que je ne nommerai pas par peur d'en oublier) de la région (CS, DR, RÉCIT, UOQ, CÉGEP...) pour la belle journée. Je crois que cette synergie est vraiment porteuse. Ne lâchez pas, votre travail est important pour nos jeunes.

S'il y a une autre invitation pour l'an prochain, nous y serons avec grand plaisir.

Oui Martin, il y a de l'espoir. Qu'on se le dise!

On répond à Monsieur Bond

Avril 7th, 2008

Quand Martin a dit oui à ma proposition (à moins que ce ne soit le contraire) de coanimer un atelier au colloque de l'AQUOPS 2008 sur le Web et Éducation 2.0, notre but était de semer une graine pour, peut être, récolter des fruits l'an prochain. On connait le temps germination de nos folies.

Ce qu'on ne savait pas c'est que nous aurions que 45 minutes pour la planter cette graine. En fait, dans le programme du colloque l'atelier durait 1h15, mais l'AQUOPS a modifié entre temps l'horaire du vendredi PM (mise à jour: l'horaire n'a pas été changé, seules les heures de l'atelier à la page 39 du programme étaient fausses). Donc, animateurs, faites vite! Ce qu'on a fait par respect pour les participants. On avait bien du contenu, de bonnes réflexions, mais on a coupé les coins ronds. J'en m'en excuses auprès des participantes et participants, très nombreux pour un vendredi PM en passant.

Bon, ok, la critique est faite, passons aux réponses de Monsieur Bond, James Bond (on prend les questions du groupe et on les associent à Monsieur Bond pour garder l'anonymat).

Bond: Il y a une rumeur qui dit que ce qui est sur un serveur de Google appartient à Google.

Moi: La règle de base: bien lire ce qu'on accepte en se créant un compte sur n'importe quel site Web 2.0. Mais, par exemple, tout comme le matériel qui se retrouve sur le portable que votre CS vous prête, son contenu appartient à votre CS. Donc, il faut savoir qu'une entreprise (ou une commission scolaire) qui vous offre un outil/hébergement, peut faire ce qu'elle veut (il y a quand même les droits d'auteurs qui peuvent s'appliquer) des informations que vous y avez laissées. Cependant, il faut avouer, par le manque de jurisprudence, qu'il y a un flou juridique assez prononcé.

Bond: C'est quoi au juste l'éducation 2.0?

Moi: On a essayé de vivre l'atelier dans le sens de l'éducation 2.0. C'est-à-dire que nous avons donné la parole aux gens dans la salle, nous avons coconstruit avec les participants, nous avons essayé (pas réussi par le manque de temps) d'aller dans la direction des besoins des participants, nous avons laissé entendre que LA réponse, on ne l'avait pas, qu'on devait la coconstruire, etc.

Pour lire sur le sujet, voici le manifeste qui donne bien des pistes de réponse.

De notre côté, nous croyons qu'un apprenant 2.0 est plus autonome face à ses apprentissages, de là ce blogue.

Bond: Notre CS bloque Youtube et TeacherTube, que peut-on faire?

Moi: Elle n'est pas la seule à bloquer les TIC plutôt qu'éduquer aux TIC, qui est l'action la plus facile à prime abord. Mais j'ai confiance que si on se regroupe et qu'on essaie d'éduquer nos institutions aux TIC, nous réussirons à faire avancer les choses. Pour ma part, si vos élèves produisent des vidéos et que vous voulez les publier sur le web, un bon vieux site sous SPIP peut faire l'affaire. Voir cet exemple (une journée de formation en robotique).

Bond: Je ne comprend pas la langue qui se parle à l'AQUOPS.

Moi: Merci de cette critique constructive. Il est vrai qu'un colloque d'utilisateurs de l'ordinateur (ce que veux dire l'acronyme AQUOPS), donc de gens qui en font des TIC, peut être un peu «brumeux» pour quelqu'un qui débute en TIC. Je ne peux pas répondre au nom de l'AQUOPS, mais il y a débutant et débutant. Si les mots USB, périphérique, réseau sans fil, navigateur, applications en mode local, etc, vous font peur, le premier pas n'est peut être pas le colloque de l'AQUOPS. Je vous propose plutôt de vous faire accompagner par votre animateur RÉCIT (une pub &#59;) ) pour débroussailler les TIC en ensuite venir au colloque pour aller plus loin et avoir d'autres idées. Mais ce n'est que mon opinion.

Ce commentaire m'a amené cette question: Quand Martin et moi avons placé l'atelier Web 2.0 de niveau débutant, était-ce pour les débutants en TIC ou les débutants en Web 2.0? Très différent!

Bond: Les TIC avancent vite, est-ce que la pédagogie est capable de suivre?

Moi: Grosse question que celle-là Monsieur Bond, un document de 200 pages ne serait pas suffisant pour y répondre convenablement, car il y a plusieurs aspects au problème. Mais j'ose ceci: nous (les pédagogues) n'avons pas «à suivre les TIC» pour pouvoir les intégrer (intégrer = processus) dans les apprentissages des élèves. Je crois que nous n'avons qu'à être en mode apprentissage nous même et à donner de la place aux élèves pour ce faire. Mais encore ici, ce n'est que mon opinion.

Mot de la fin

Encore une gros merci aux participants pour leur écoute/participation.

Un merci à Mme Chrstiane Dufour pour son partage.

Un merci à Martin pour sa coanimation qui est toujours capable de me calmer |-|

Je crois que la réflexion sur le concept de web 2.0 et Éducation 2.0 continuera. À l'automne, une journée de travail à la rencontre du RÉCIT serait intéressante à vivre. Et pourquoi pas une journée thématique au prochain colloque de l'AQUOPS?

À poursuivre...

Journée Squeak, AQUOPS 2008

Avril 2nd, 2008

Nous y voici, le colloque débute ainsi que notre journée de formation sur le logiciel Squeak.

Je suis le journaliste, le gardeux de traces officiel de la journée. On peut se permettre ce luxe avec le petit nombre de participants de la journée. Le présent billet sera donc mis à jour régulièrement durant la journée.

Deux des animateurs sont prêts, ne manque que notre pro de Squeak Gilles Jobin &#59;)

aquops08

Deux bogues en commençant, le premier on a placé un énorme tableau (Active board) dans notre minuscule salle. Comme nous n'utiliserons pas ce tableau, on aurait aimé avoir l'espace pour circuler. Ho! L'équipe technique vient enlever le tableau. Un gros merci, on respire mieux.

Le deuxième, il fait très chaud dans le local et nous ne sommes que 4 pour l'instant. Ho! La température baisse, le chauffage a été arrêté. Merci, on respire mieux.

En fait, tout va très bien. Ce type de bogue ne fait que nous stimuler pour une journée.

8h45

Les participants ont à la conférence d'ouverture. De notre côté on est prêt à combattre l'ignorance :>

Début de la formation

On présente donc les animateurs et on commence la présentation de l'ordre du jour.

Une question d'un participant: Après avoir vu un peu des possibilités de Squeak, on participant demande s'il y a un lien entre Squeak et la robotique? On peut dire qu'il y a des ressemblances, car on peut programmer une petit bidule pour qu'il se promène dans son environnement comme on le fait avec un robot. Mais Squeak est pas mal plus puissant que peut l'être le logiciel de robotique.

Une autre question: Est-ce que Squeak fonctionne sur un Mac? Oui, sur le CD de la formation, il y a tout ce qu'il faut pour installer le logiciel sous Mac, Windows et Linux.

Nous utilisons notre page wiki pour présenter les ressources disponibles.

Pierre C. présente du code Smalltalk pour étourdir les participants &#59;)

Gilles nous signale que l'élève qui utilise Squeak a accès à «tout» ce qu'offre Squeak, tout. Rien n'est bloqué. Donc on peut briser l'image sur laquelle on travaille. De là l'importance d'avoir une sauvegarde de l'image utilisée.

Gilles voulait qu'on publie une preuve de sa présence. Voilà Gilles.

Gilles

9h45

Première tâche: on installe l'application. Et oui, elle n'est pas installée, car on veut former les participants à installer le logiciel. Ce qui aide à mieux comprendre comment est construit Squeak.

«On n'en veut plus des fichier d'hiver (divers).» Petite blague d'un participant en voyant le nom d'un répertoire présent sur le CD (fichiers_divers):))

Démarche d'installation sous Windows simplifiée:
1. Téléchargez ce fichier: Squeak3.9-win32.zip (la virtual machine)
2. Décompressez cette archive sur le bureau. On a le Squeak.exe.
3. Téléchargez l'image AQUOPS 2008: etoys_aquops_v31.zip
4. Décompressez cette archive sur le bureau. On a l'image utilisée lors de la formation: etoys-aquops.image
5. On «drag-drop» l'image sur le Squeak.exe (présent dans le premier dossier créé sur le bureau) afin d'ouvrir l'image.

Analogie: La Virtual Machine (VM) est au traitement de texte ce que l'Image Squeak est au modèle.

20 minutes plus tard, le logiciel est installé et l'image AQUOPS est ouverte sur tous les postes. On est dans les temps.

Gilles, notre animateur en chef, présente le logiciel exactement comme il fait avec des élèves. Deux consignes (non réforme selon Gilles): Quand je parle, vous écoutez. Quand je parle, vous ne touchez pas à la souris.

La pause approche mais Gilles n'est plus «arrêtable», encore :>>

11h30

Le premier projet construit par les participants doit être simple. On peut varier selon le niveau des élèves. Le but du projet est de donner des propriétés à un objet et lui faire faire quelque chose. Un mouvement par exemple. Avance de 5. Le nombre étant des pixels. Tourne de 5 degré.

script

Gilles a une petite jouissance en démontrant ce petit bout de code qui peut être très utile pour discuter des nombre négatifs:

negatif

«Est-ce que le logiciel est assez solide lorsque le projet a plusieurs scripts qui tournent en même temps? Est-ce que les modifications seront prise en compte immédiatement?» demande un participant. Oui est la réponse de Gilles et Pierre C. Vraiment intéressant de ne pas avoir à compiler le programme pour le voir fonctionner.

Personnellement j'aime bien ce petit script qui fait tracer une forme géométrique. Ce script m'a fait comprendre sur le tard que pour créer un pentagone il y a un angle de 360/5 à faire.

geometrie

Une des participantes me signale que c'est tout un monde que Squeak. En effet, comme tous les langages de programmation, la limite est le programmeur et son imagination.

On remarque de l'entraide entre les participants, ce que nous favorisons, car on sait ce qu'on peut expliquer.

Gilles: «Avec Squeak, l'élève fait faire quelque chose à la machine. L'élève ne fait pas quelque chose avec la machine.»

On termine l'avant-midi avec le contrôle d'une voiture avec un volant:

volant

Ce fut une bonne avant-midi selon moi. Les participants sont vraiment très compétents avec l'ordinateur, donc on peut se concentrer sur l'application.

13h30, on recommence

Les animateurs, après 1h30 de négociation houleuse, décident de débuter l'après-midi avec une présentation d'un vidéo présentant la création d'un labyrinthe duquel veut sortir une moustique.

Ensuite, on présente l'objet «Livre» qui peut être intéressant dans un contexte où on demande aux élèves de créer une présentation d'un sujet quelconque. Cet objet offre beaucoup de possibilités, un peu de fouille est à faire pour s'y retrouver.

On doit répéter les deux consignes de Gilles. Quand l'enseignant parle, on écoute. Quand l'enseignant parle, on ne touche pas à la souris.

Une autre citation de Gilles: «Quand on est en informatique, on est paresseux. Si on est paresseux, on doit être «smart».» Traduction: Il faut essayer de passer par le chemin le plus court/efficace pour réaliser la tâche.

On présente comment faire une petite animation aux participants qui se lancent dans l'aventure. Voici des objets servant à leur animation.

anim1
anim2
anim3
anim4
anim5

On remarque, dans ces images, la diversité des intérêts de quelques participants.

14h15

On sent la fatigue s'emparer de quelques participants. Normal, apprendre à utiliser Squeak n'est pas simple.

Pourtant, les participants réussissent à réaliser une belle animation. Voir ici pour les vidéos. Félicitations à tous!

15h00

Gilles présente l'objet «Joystick» afin de démontrer que l'on peut introduire et analyser le concept de plan cartésien.

joystick

Nous sommes au moment de la journée où nous offrons la possibilités aux participants d'essayer quelques tutoriels que nous avions photocopiés ou encore de continuer à suivre le chef aller un peu plus loin avec le logiciel (expliquer les variables entre autres).

On remarque ici la même chose qu'avec des élèves, les adultes se donnent beaucoup de défis. Ils veulent toujours essayer des choses de plus en plus complexes. Difficile de les arrêter &#59;)

15h45

Pierre C. présente le contenu de l'image AQUOPS, car elle contient des tutoriels et démos, des activités, une galerie de projets (d'où on peut s'inspirer des scripts pour réaliser nos propres projets), etc.

Pour terminer la journée, nous faisons un retour sur ce qu'on a réalisé durant la formation et tentant de faire des liens avec le programme de formation.

Puis, on a décidé de présenter rapidement Scratch, une autre application de programmation qui est plus simple d'appropriation.

Question: Est-ce que je pourrai installer le logiciel sur plusieurs postes dans mon école? Bien sûr! Comme le logiciel est libre, la licence vous permet de l'installer partout. De faire des CD et de les distribuer à vos élèves. C'est la beauté du libre.

Les participants semblent vouloir essayer Squeak avec leurs élèves. Nous offrons donc du support à distance (par courriel) ou encore le Service national du RÉCIT MST peut se déplacer pour démarrer des proejts dans votre milieu.

Conclusion

Je dois avouer que j'avais des craintes à propos de la journée. Squeak n'est pas un logiciel simple d'appropriation. Difficile même. Donc, les participants auraient facilement pu décrocher avant la fin. Ce qui n'a pas été le cas, car les participants étaient vraiment des utilisateurs assez avancés en TIC pour bien saisir ce qui s'est passé.

Pour ma part (je laisserai les animateurs laisser des commentaires) je suis très fier de la journée.

Un gros bravo à Gilles, Pierre C. et Luc pour leur on travail. J'ai beaucoup apprécié Squeaker avec vous.

Voir les animations 7, 7.1 et 7.2 de ces vidéos pour voir l'évolution d'une animation. La participante a voulu améliorer son animation, même après la fin de la formation. Ouf!

Pour évaluer un atelier, on expérimente

Mars 31st, 2008

Martin Bérubé est ce qu'on peut appeler un fouineux Web professionnel. Il m'a fait découvrir le site MemoClic où il se tient informé depuis plusieurs années déjà.

Donc, sur le fil RSS de ce site, j'ai eu connaissance de ce texte: Créer un questionnaire en ligne sur Google Docs. Ho! Un questionnaire?

Je fonce sur Google Docs et j'essaie la création d'un questionnaire que j'utiliserai/testerai lors d'un atelier à l'AQUOPS.

La beauté de la chose, à part la simplicité de création/publication, est que les données sont cumulées «live» dans un tableur.

À suivre...

On se prépare pour l'AQUOPS 2008

Mars 31st, 2008

Le 26e colloque de l'AQUOPS (Sherbrooke) débute en ce mercredi 2 avril 2008. Le Service national du RÉCIT MST offre cette année quelques ateliers:

Une différence cette année pour nous, moins de liens «directs» avec le domaine de la mathématique, de la science et technologie. Pourquoi? Trois raisons.

1) Le matériel de robotique, les sondes, la station météo, etc, ça fait beaucoup à transporter et surtout à surveiller. L'an dernier nous avons eu des bris (et eu peur de perdre un portable), ça motive pas beaucoup à refaire une journée MST pure.

2) On remarque que les enseignants aiment bien débuter l'intégration des TIC par de petits logiciels simples qui motivent leurs élèves. Squeak et Scratch sont des applications qui ont cet effet. En plus, on peut faire des MST sans problème avec ces logiciels de programmation, et ce dans un contexte tout autre comme un projet en univers social ou en arts. On aime bien les projets multidisciplinaires au RÉCIT MST.

3) En 2007-2008 nous avons pris une petite tangente formation continue (ex.: entre autres avec le Blogue EAP) avec et sur les TIC. Pour certaines personnes, avant de faire de la MST en intégrant les TIC, elles doivent «faire» des TIC. Nous voulons donc tenter de favoriser l'appropriation des TIC (axée sur le Web 2.0) en utilisant des outils de collaboration/partage. On propose pour ce faire un «parcours du combattant».

Donc, un colloque axé (pour nous) sur des outils plus généraux qu'à l'habitude mais tout aussi stimulant (pour nous du moins &#59;) ). Ce qui entre dans le thème du colloque: Une expertise pédagogique sans fil... Oser, motiver, collaborer.

Nous garderons des traces de ce colloque encore cette année sur le présent blogue. Photos, vidéos, notes diverses, seront un moyens pour nous d'objectiver le tout et ainsi mieux orienter nos actions futures.

Bon colloque!

Amicale de robotique 2008, Bas-du-Fleuve

Mars 27th, 2008

Nous voici pour une deuxième année consécutive (photos 2007, vidéos 2007) dans le village de l'Isle-Verte pour une amicale de robotique entre une douzaine d'équipes d'élèves de la région. M. Martin Bérubé, l'organisateur de la journée, accueille les participants avec deux aires de jeux inspirées de la compétition 2007 de la région 03-12.

Aire #1: Le ménage.

Le robot doit sortir le plus de cannettes possible dans le plus court temps.

Cannettes

Aire #2: Les obstacles.

Le robot doit se rendre sur le premier carré noir, s'arrêter et allumer une lumière. Puis franchir les cônes pour aller faire un 360 degré sur le deuxième carton noir. Finalement, le robot doit se rendre sur le carton blanc à la sortie du parcours.

Obstacles

Les élèves commencent à arriver vers 9h. Ils analysent les aires de jeux en essayant de s'imaginer quelles seront les contraintes des défis.

L'horaire de la journée est assez simple.

  • 9h30: Bienvenue et consignes
  • 10h00: Essais des défis
  • 12h00: Dîner
  • 13h00: Compétition officielle
  • 14h30: Remise des prix.
  • 15h00: Départ

Déroulement

Les participants arrivent dans le local. Ils semblent prêts pour une bonne journée.

Arrivée

On calcule déjà le coût du robot!

Calculs

Une équipe a son robot prêt à affronter les défis.

Mascotte

10h00

Des mesures, encore des mesures. On veut reproduire les aires de jeux. On entend des choses intéressantes: «Ça mesure 30 pouces plus 2 cm.» Hum... deux influences.

Des mesures
Des mesures

10h30

Plusieurs équipes reproduisent les aires de jeux.

aires

D'autres équipes doivent construire leur robot, car ils n'avaient pas le matériel avant la journée. C'est la faute de M. Bérubé &#59;)

construction
préparation

Hum... Une charrue pour faire du ménage! Les juges acceptent cette stratégie qui met l'accent sur la construction au lieu de la programmation.

un peu large

On doit avouer que les élèves travaillent très fort, très très fort. Je suis toujours surpris de l'intensité des participants (et des enseignants aussi) lors d'une telle journée. Et que dire des stratégies exploitées par eux pour résoudre les problèmes rencontrés. Les élèves peuvent surprendre, il faut juste les placer dans un contexte qui le permet.

11h00

Une heure de travail plus tard, quelques équipes ont utilisé leur essai sur l'aire de jeux officielle. Ce qui leur permet d'ajuster leur programmation et leur construction.

Pour certaines équipes, c'est la première fois qu'ils utilisent les capteurs d'intensité lumineuse, ce qui est, peur elles, un défis supplémentaires.

Certaines équipes ont apporté leurs outils: rapporteur d'angles, ruban à mesurer, piles en surplus, etc. Une bonne préparation permet d'économiser du temps lors de la journée, et ainsi l'équipe peut fignoler son robot.

On découvre, comme toujours, le frottement. Même la différence de frottement entre les diverses surfaces de l'aire de jeux. Ha! La physique :>

Une autre découverte, la baisse de puissance des piles après quelques essais. Également, la technologie des chenilles est plus efficiente que les roues pour les défis proposés.

12h00

Voilà, les essais sont terminés. Les participants passeront le test ultime dans une heure.

Jusqu'à maintenant, tout se déroule parfaitement bien. À part le fait que nous ne demanderont pas, en fin de compte, les journal de bord (un élément important lors d'un projet de robotique pour permettre une meilleure évaluation du travail des élèves) des équipes. Quelques équipes n'ont pas eu l'information complète concernant la journée.

Lors du diner, on aurait entendu voler une mouche. Très calme ces élèves!

Merci à Mme Julie Bérubé pour son petit dessert chocolaté. Elle commence à bien me connaître :))

13h00

La compétition débute. Les équipes ont toutes très bien travaillé sur les défis. Je suis confiant de leurs succès.

Des photos et des vidéos des essais sont publiés sur le site Robot-TIC.qc.ca. À voir!

14h30

Déjà la remise de prix. Martin tire au hasard les gagnants afin de respecter la philosophie de l'amicale. Nous présentons tout de même le pointage des équipes.

Entre les deux défis, les enseignantes présentent le journal de bord préparé par les élèves. Du très bon travail pouvant être utilisé pour objectiver les stratégies des élèves dans ce projet.

Voici des photos des gagnants du tirage.

Fin de la journée

Encore une fois toute une journée de bonheur. Ça motive notre petit coeur à poursuivre.

Félicitation Martin!

Une région où je retournerai avec plaisir

Mars 14th, 2008

Nous sommes de retour d'un périple de 3 jours dans la région Bas Saint-Laurent - Gaspésie - Îles-de-la-Madeleine (01-11). Nous y avons offert des formations sur différents sujets, géobidules et Scratch, en plus d'aider la région de se doter d'un portfolio régional (Cyberfolio).

J'avoue avoir un faible depuis ma tendre enfance pour cette région. Le paysage, les gens, la bouffe... tout pour me faire aimer ce coin de pays. Lorsqu'on se rend dans cette région pour des formations, l'expérience est toujours très agréable (voir ce billet).

Dans la journée

Encore une fois ce fut une très belles semaine. Les «apprenants» furent satisfaits du travail du formateur (principalement mon collègue cette fois), les animatrices du RÉCIT aussi (je crois).

La formation sur les géobidules s'est très bien déroulée (avec du rodage la formation s'est améliorée). Une note pour la prochaine formation, prendre un peu de temps pour faire publier sur le web des constructions par les apprenants. De cette façon la boucle serait bouclée.

La formation (la première sur cette TIC) sur le logiciel Scratch fut aussi une très bonne/belle journée. On a réussi à faire «avancer» (différentiation) les dames (Martin étant absent :oops: ) en les prenant là où elles étaient et à leur rythme. Ce qui a permis de défricher le côté pédagogique de la TIC et ses possibilités en classe du primaire avec Syvie Francoeur. Une note pour la prochaine formation, expliciter dans des documents les compétences et les savoirs développés en travaillant dans l'outil. La mise en ligne d'un site (sous SPIP) autour de Scratch a été demandé par les particpantes. On publiera le tout avec nos guides d'apprentissage MST sous peu.

Pour ce qui est de la mise en place du portfolio régional, je veux saluer M. Hack qui a eu la gentillesse de nous aider dans notre tâche et remercier Mme Bérubé pour le café &#59;)

Après l'école

Juste un petit mot pour remercier les dames de cette région (Julie Bélanger, Julie Bérubé, Sylvie Francoeur, Sylvie Richard et Marie-Claire Roy) pour leur accueil qui passera encore à l'histoire.

D'autres nouvelles

Mme Bérubé m'a aussi fait part que trois des enseignants présents au Camp TIC 03-12 l'été dernier ont fait de la robotique en classe avec leurs élèves. De plus, un de ces enseignants sera de l'amicale de la région 01-11 dans deux semaine et a réussi à contaminer un autre de ses collègues. Que de belles retombées!

Un projet de mathématique sera probablement développé dans la CS Monts-et-Marées suite à notre passage. Les enseignants de mathématique présents lors de la formation géobidules ont été motivés suffisamment pour s'investir dans l'intégration des TIC dans l'apprentissage des élèves. À suivre...

Selon mes sources, Scratch serait exploité dans un projet régional l'an prochain. Nous serons donc à l'aguet de ce projet.

Merci encore à la région pour ces beaux moments. On se revoit bientôt.

PS: Félicitation à mon collègue, Pierre Couillard, pour sa très bonne prestation, tant pédagogique que musicale.

Mise à jour 14h00:

En programmation il y a bien des chemins possibles pour atteindre le but. Cette page en est une illustration.

En classe, avec les élèves, on doit être conscient de ce fait et tenter de faire optimiser le programme (utiliser des mathématiques, des boucles... dans son programme). Cette optimisation ne peut se faire qu'après quelques temps d'appropriation du logiciel, ne soyons pas trop sévères ;o)

On découvre Squeak...

Février 21st, 2008

Je suis tombé sur une petite vidéo ce matin traitant de Squeak. Voici donc ce courte présentation sur ce produit fort puissant. C'est en lanagage shakespearien mais quand même facile à suivre...


Link: sevenload.com