Un autre rare billet mais je ne pouvais conserver cette réflexion pour moi tout seul...

Lors du congrès de l'Aquops j'ai assisté à la journée thématique SCRATCH avec messieurs Jobin et Couillard. Belle journée et les participants(es) semblent avoir été charmés. Rien de compliqué du genre, voici le logiciel, voici des choses qu'on peut réaliser avec et quelques petits défis bien calculés en terme de chronologie des événements. Pour l'ancien prof d'info en moi, j'y vois quelque chose d'attrayant et rempli d'apprentissage divers accessibles.

La fin de semaine dernière je suis chez une amie et son garçon de 11 ans vient de se faire offrir un portable usagé (P3)pas une bombe mais suffisant pour installer quelques logiciels dont SCRATCH. J'intalle le tout en 3 minutes, j'explique le principe du lutin , de la scène et des déplacements et je quitter pour "un magnifique repas en agréable compagnie". Plus tard dans la soirée, sans vraiment d'aide, sans internet de disponible, Olivier revient et me présente ses 4 tableaux de scratch avec différents scripts relativement complexe pour un GROS 90 minutes de travail et d'expérience avec le logiciel. Je me dis que plus tard avec l'accès à l'Internet et quelques "défis" il pourra lui aussi créer de petites applications et pousser l'application au max.

Alors il me vient le sentiment déjà vécu à l'époque où je n'étais qu'un "ti cul de 11 ans aussi" : Et si on me l'avait enseigné ce Scratch, si on m'avait suffisamment découragé et présenté des concepts style ready made (consommable dirait M Couillard) et que le défi eut été dénaturé, probablement que j'aurais décroché très tôt de ces drôles de tortues, de lutins ou tout autre cyber-machin. Si on avait fait toute une mise en scène pour rien? Non, très sincèrement je crois que la plus belle chose qui pouvait arriver à Olivier, c'est que j'étais trop occupé à me rassasier en bonne compagnie. Je crois que le meilleur enseignement parfois est celui qu'on ne fait pas pour laisser toute la place à "la matière première"

Vive les TIC, l'intuition, la curiosté, le plaisir et toutes ces drôles de choses qui nous permettent de devenir chaque jour plus compétent et autonome!

Merci messieurs Jobin et Couillar de ne pas m'avoir enseigné! Probablement qu'Olivier fera le même constat!