Depuis déjà près d'une semaine que les échanges de courriels sur notre liste sont forts animés concernant un thème possible pour la rencontre de mai et que nous n'avons même pas encore abordé!!

D'abord, je déplore (encore!) le fait que ces échanges courriels ne soient pas plutôt réunis en un autre lieu afin de garder des traces des discussions et aussi pour ne pas inonder nos boîtes courriels.
Selon moi, l'expression de toutes les opinions divergentes démontre bien que nos mandats ne sont pas clairs (pour nous, nos CS et le MELS), que les orientations du Récit sont à retravaillés et rapidement (ne pas étaler les travaux sur 2 ans comme pour le site...) Je pense que la session de mai met la table pour ça.

Je réagis maintenant à toute cette histoire en utilisant le questionnement fort pertinent d'un collègue récitiste:

Si on opte pour la tangente «organisation scolaire», il y a des
questions préalables qu'il faut se poser.

Quelle est la crédibilité d'un animateur de RÉCIT dans une CS? Quelle
importance est accordée à sa fonction ?
Quel est le pouvoir d'influence d'un animateur de RÉCIT et, si ce
dernier est minime, comme l'accroître ?
Quelles sont les zones où il peut exercer cette influence ?

À titre d'exemple, je me demandais l'autre jour quels sont ceux parmi
nous qui ont eu leur mot à dire pour le choix du portail ?

À mon sens, il faut trouver réponse à ces questions si on veut être
capable d'avoir un réel pouvoir d'influence sur les décideurs de nos CS.

Je fais parti depuis maintenant trois ans du Projet accompagnement-recherche-formation MELS-UQTR. Je partagerai avec vous des éléments que nous avons travaillés concernant le leadership que l'on peut exercer lors d'un changement.

On parle de trois types de leadership: organisationnel, pédagogique et d'accompagnement.
Quelques définitions:
Leadership organisationnel: Influence exercée sur la structure organisationnelle, la mise en place d'une vision de l'institution.
Leadership pédagogique: Influence exercée sur les processus d'enseignement et d'apprentissage.
Leadership d'accompagnement: Influence exercée sur la démarche de pratique réflexive en suscitant des interactions et des prises de conscience menant à des changements

À mon avis, être animateur Récit implique nécessairement qu'il faut exercer son leadership dans toutes ces facettes.

Maintenant, pour répondre au questionnement cité ci-haut, je ne crois pas que la crédibilité de quelqu'un soit uniquement attribuable à son titre d'animateur Récit dans son milieu. Une crédibilité se construit à travers les actions que l'on mène avec les gens de notre milieu. Notre pouvoir d'influence peut être très grand dans la mesure ou nous sommes capables d'argumenter nos prises de position par rapport au développement des compétences par l'intégration des TIC et c'est là que notre Réseau doit prendre toute sa force. Le Réseau doit contribuer, par entre autres nos interactions, à développer chez chacun de nous une forte argumentation et aussi partager des stratégies gagnantes.

Le leadership n'appartient pas uniquement aux dirigeants. Je crois réellement à notre pouvoir d'influence. La preuve: nous avons réussi à convaincre notre CS de choisir le Bureau Virtuel comme portail malgré le fait que notre DG soit sur le conseil d'administration de la GRICS!