Comme à mon habitude, j'aime bien essayer de classer toutes les idées/apprentissages/impressions qui se sont bousculés dans ma tête durant ces journées très intenses.

D'abord, on sent lors de ces rencontres le bonheur des personnes ressources du RÉCIT de se revoir, de pouvoir se serrer la pince. Ça fait du bien, car le virtuel c'est cool, mais une bise et/ou une poignée de main c'est mieux pour l'humain en moi.

Le RÉCIT, une bibitte ésotérique pour plusieurs, a encore pris de la maturité (voir mon billet). Beaucoup d'ateliers offerts (près de 50 je crois), et ce, par des «petits nouveaux» comme des «ti-vieux» tel votre serviteur. La variété était également assez grande, quoi que certains y aient vu une polarisation (atelier, présentation, appareils ++ sur place, etc). Alors que d'autres y voient une occasion de prendre un peu plus notre place et de faire notre travail, former à l'intégration des TIC dans l'apprentissage. On a peut-être, comme réseau, à apprendre maintenant comment prioriser nos interventions/choix/actions?

L'informelle (l'après 17h ) a encore été très riche en discussions/échanges/confrontations/plaisirs, ce qui m'amène à me questionner sur la capacité du réseau à débattre en grand groupe sur les enjeux, les valeurs. Notre société ne semble plus voir d'avantages à l'opinion contraire, il est de plus en plus difficile de questionner des choix, des actions. Je me rends compte que je ne me positionne presque plus. Certains diront que je choisis mes combats (sagesse), d'autres que je ramollis.

Ateliers

J'ai animé/coanimé quelques ateliers (Geogebra, Campus MST, Scratch, Web 2.0 et présenter le projet Scratch+Wedo réalisé en première année du primaire au 5 @ 7) qui m'ont tous permis d'apprendre. Merci aux participantes et participants qui, de par leurs questions/suggestions/commentaires/partages, ont rendu ces moments plus signifiants pour moi. J'espère qu'il en fut de même pour eux.

J'ai eu la plaisir d'assister à un atelier en lien avec le Web 2.0 donné par un avocat (traces ici). Comme je m'intéresse de plus en plus à ce fameux nombre (2.0) et à ses implications, j'étais très attentif afin d'orienter mes prochaines actions (prioriser). Ma conclusion est que les papiers c'est bien, mais les actions c'est mieux. Il faut dès maintenant agir en personne prudente et diligente (informer, former, supporter, encadrer...), et ce, à tous les niveaux (enseignants, conseillers, directions, CS, etc). C'est notre meilleure arme contre les problèmes que peut occasionner une mauvaise utilisation du Web collaboratif.

J'ai également assisté à un atelier sur la taxonomie de Bloom (pour faire germer les apprentissages), sur Sketchup (utilisé comme outil de présentation, peut être un peu complexe pour les buts poursuivis, mais ça peut faire de belles choses). J'ai bien aimé les portes exploitées par les animateurs de ces ateliers, ça enrichit le réseau.

Conclusion

On dirait que la qualité des rencontres nationales du RÉCIT augmente d'année en année. Je veux donc remercier le comité de liaison (et toutes les personnes de l'ombre l'entourant) qui travaille fort pour y arriver. Aussi une petite pensée pour Sonia Sehili, très discrète et à son affaire, qui mérite un gros MERCI. On a tendance à oublier qu'à sa position rien n'est simple.

Bravo la gang! On a encore réussi à avancer.