Il y a des jours ou le concept de "Culture de réseau" prend tout son sens.

C'est aujourd'hui qu'avait lieu l'Amicale de robotique dans ma Commission scolaire.

J'ai découvert le concept l'année dernière à l'AQUOPS lorsque François Bédard, animateur au service local du RÉCIT de la Commission scolaire des Premières seigneuries m'a annoncé qu'il allait tenir cet évènement. J'ai trouvé l'idée géniale. Proposer à des élèves de réaliser des activités de robotique est intéressant en soi. Mais, ce qui m'a allumé encore plus, c'est la philosophie sous-jacente au concept d'Amicale. Au lieu de se centrer sur la compétition, l'amicale recentre l'énergie que déploie les élèves face aux défis à relever et non face aux autres équipes qui compétitionnent pour l'obtention d'un prix quelconque. Selon moi, le concept d'Amicale est en conformité avec le nouveau programme de formation. À la fin de la journée, tous les élèves étaient unanimes: Ils avaient apprécié le fait d'avoir essayé de relever les défis proposés et ils avaient appris en comparant leur stratégie avec celles déployées par les autres équipes. Bien qu'ils s'étaient grandement amusés, ils avaient réalisés des apprentissages. Évidemment, François m'a autorisé à utiliser intégralement son matériel et le concept qu'il avait développé l'année dernière; c'est énormément aidant.

Le réseau a aussi contribué autrement au succès de la journée. Les deux Pierre du Service national du RÉCIT, domaine de la mathématique, de la science et de la technologie ainsi que mes deux voisines (les Julie) des commissions scolaires du Fleuve-et-des-Lacs et des Phares m'ont apporté une aide plus qu'appréciable dans la planification de l'évènement et pour le déroulement de la journée. C'est agréable de compter sur son réseau et sur des ami(e)s aussi fidèles, qui croient dans le potentiel des TIC en éducation.

Pour revenir à François, il m'a annoncé dernièrement qu'il retournait en classe avec ses élèves en septembre. Bien que j'ai de la difficulté à comprendre sa décision, j'accepte son choix. Son départ sera une grande perte pour le réseau.

François n'est pas du genre "grandes gueules". C'est pour cette raison qu'il se prononce très peu sur la place publique du RÉCIT. François a laissé sa marque par ses actions, ses réflexions lors de nos rencontres informelles et ses interventions auprès des enseignants pour aider ceux-ci à développer la compétence TIC des élèves. Ce sera aussi un grande perte pour moi professionnellement parlant; nous partagions souvent nos vues sur le réseau et sur notre pratique professionnelle. Je le sais Franck, tu quittes le réseau et tu dis que tu seras toujours branché! Il n'en demeure pas moins que tes préoccupations ne seront plus nécessairement les mêmes que les miennes d'ici quelques mois.

Par ce billet, je tenais tout simplement à remercier un bonhomme que j'apprécie et qui a contribué en si peu de temps, mais à sa façon, au réseau du RÉCIT.

Salut François!