Suite à une très intéressante discussion avec deux collègues (de bien bonnes personnes ;o)) j'ai un problème qui me trottent dans la tête et j'aimerais vous soumettre la chose.

Imaginons une équipe de profs participants à une formation (lors d'un colloque, d'une journée pédagogique, etc) sur l'intégration des TIC dans l'apprentissage des élèves. Cette équipe, en suivant les consignes du G.F. (Gentil Formateur), produit (comme il est souvent encouragé dans le cadre de la réforme) du matériel pédagogique qui pourra servir en classe plus tard. Notre équipe fictive (toute ressemblance avec la réalité... n'est qu'irréelle) écrit donc un poème.

Jusqu'ici rien de bien méchant. Ça arrive tout le temps. (Ho! ça rime ;o))

Les membres de notre équipe, aussi fictive que le père noël, se font demander par le G.F. s'ils aimeraient vivre les valeurs véhiculées par le programme de formation, c'est-à-dire partager leur travail avec les autres profs de la province. D'un élan de générosité les membres sont tous d'accord à publier leur poème sur Internet. Tout en se dedmandant qui pourrait bien aimer leur création? Mais bon, le G.F. sait ce qu'il fait après tout. À l'aide d'un gestionnaire de contenu, l'équipe (pas le père noël) publie son poème.

Où peuvent bien être les dollars énoncés dans le titre du présent billet? J'y arrive.

On vient donc d'être témoin (c'est le fun l'imagination hein?) de l'ajout d'un poème sur le web. Cool pour les «groupies» poéTICs! Mais après quelques minutes (je vous l'ai dit, on est en pleine fiction) le poème devient populaire, mais très populaire. On le cite sur le perron de l'église. On en parle partout, tout le temps....

OK, là c'est vrai, j'y arrive aux dollars.

Bob, voyant l'engouement pour le poème, veut maintenant vendre le poème dans un beau coffret doré (un très beau coffret).

Question 1: Est-ce que Bob peut vendre le poème? Qui est Bob me demanderez-vous? À vous de me le dire (un membre de l'équipe, un directeur d'école, l'animateur RÉCIT, la femme du père noël...).

Question 2: Si oui, comment peut-il procéder? Sinon, pourquoi?

Quesiton 3: Est-ce que notre G.F. aurait dû prévoir le coup? Comment?

Question 4: Doit-on, comme RÉCIT, avoir des réponses (réelles, on lâche la fiction) communes sur ces questions?

Bonne fin de semaine à vous.

PS: Le masculin a été utilisé dans ce billet pour insister sur le fait que le père noël est un garçon ;o)