Catégorie: "Réflexions"

Issue time11:26, par Pierre Lachance  
Catégories: Réflexions, Partage

Les services nationaux du RÉCIT se sont rencontrés en Beauce pour une session de travail de deux jours les 8 et 9 juin 2011. Les buts étaient de discuter de divers sujets en lien avec les TIC en éducation et de produire (débuter) de la documentation sur des sujets jugés importants.

La synthèse de nos travaux est accessible en suivant ces trois liens. À noter que ce sont des documents de travail qui seront complétés durant la prochaine année scolaire, notamment à la rencontre du RÉCIT à l’automne 2011.

Vous avez des ressources en lien avec ces sujets? Vous avez des commentaires, des suggestions? N’hésitez pas à nous en faire part (dans les commentaires ci-dessous, sur les médias sociaux #recitqc , par courriel, etc.)

Coauteur du billet: Benoit Petit

Issue time17:08, par  
Catégories: Réflexions, Veille

À l'automne dernier, les services nationaux du RÉCIT ont entrepris une réflexion au sujet de l'école numérique. Ce document est le fruit de leur travail. Il présente une vision de l’école numérique, des objectifs à poursuivre ainsi que des stratégies à mettre en œuvre.

Nous avons soumis ce texte à nos collègues de tout le RÉCIT, mais nous n'avons pas terminé de compiler leurs suggestions. Ce document en est donc un de travail. Il ne représente pas une position officielle de quelqu'organisme que ce soit.

Les services nationaux souhaitent avoir vos commentaires à propos de cette réflexion.

  • Partagez-vous cette vision de l’école numérique? Y a-t-il des éléments à ajouter?
  • Que pensez-vous des objectifs poursuivis? En avez-vous d’autres?
  • Quels sont vos commentaires sur les stratégies? En avez-vous d’autres à suggérer? Quelles sont vos réactions?

Cette réflexion ne portera ses fruits que si elle devient celle de l'ensemble du réseau scolaire. N'hésitez pas à y apporter votre contribution.

L’école numérique

Version du 4 oct. 2010

Équipe de rédaction: Benoit Petit, Marc-André Lalande, Pierre Lachance

Vision

Considérant que :

  • l’exploitation pédagogique des TIC présente des effets positifs sur la réussite scolaire;
  • le recours aux TIC est dans une société du savoir, et vraisemblablement dans la société de demain, est devenu courant dans la vie de tous les jours comme dans le marché du travail;
  • la réalité numérique de l’école et celle de la société sont en rupture grandissante.

Nous proposons que le Québec adopte un virage, tant au plan technologique que pédagogique, vers une école numérique ouverte sur la société où l’élève peut recourir à la technologie de son choix, au moment qui lui convient, pour toute activité d’apprentissage et d’évaluation, à l’intérieur comme à l’extérieur des murs de l’école.

Objectifs

  1. Augmenter la réussite des élèves grâce à une exploitation pédagogique des TIC
  2. Augmenter la qualité des apprentissages en rapprochant les moyens que choisit l’école afin qu’ils soient plus près de ceux qui sont choisis normalement dans la société du savoir

Stratégies

Note: le chiffre devant la stratégie fait le lien avec l’objectif poursuivi.

  • 2: Chaque élève doit avoir accès aux technologies en tout temps pour apprendre (multitude d’outils et de façons de faire)
  • Accessibilité en tout temps à la technologie, tant en apprentissage, qu’en évaluation en aide à l’apprentissage, qu’en évaluation plus formelle : matériel adéquat pour les conseillers pédagogiques enseignants et les élèves, aménagement des locaux dans l’école, accès à internet partout.
  • 2: Le choix de l’outil technologique revient tant à l’apprenant qu’aux pédagogues.
  • 1 : Former et équiper le personnel enseignant afin qu’il puisse exploiter couramment les TIC d’un point de vue pédagogique, didactique et professionnel.
  • Formation continue des enseignants (compétence 8)
  • Formation et accompagnement des conseillers pédagogiques à l’utilisation des TIC. Les TIC doivent faire partie intégrante de leur intervention pédagogique auprès des enseignants et mettre en évidence comment les élèves peuvent mobiliser les TIC pour mieux apprendre.
  • Formation initiale des enseignants à l’université.
  • La valeur ajoutée pédagogique, didactique et professionnelle des TIC doit être soulignée et exploitée de façon signifiante et engageante dans les cours (revoir le modèle actuel).
  • Collaboration réseau de l’éducation et université
  • Encourager le personnel enseignant à viser un haut de niveau de compétence technopédagogique
  • Reconnaissance ministérielle pour favoriser la formation continue des enseignants aux TIC (formation initiale ou perfectionnement)... Cette reconnaissance pourrait garantir un nombre d’ordinateurs portables dans une école (ex. 10 profs ont le papier, le MELS fournit 10 portables à l’école).
  • 1: Formation plus ciblée et sensibilisation du personnel de direction.
  • Offrir des outils de suivi de l’aisance du personnel enseignant quant à l’exploitation des TIC
  • 2 : Établir des profils de compétence quant à l’intégration des TIC en lien avec les exigences du marché du travail et que ces profils soient connus des élèves.
  • 1 ou 2 ou ? : Favoriser la production et l’accès au contenu ouvert (voir point 7 Du Horizon Report 2010)
  • 2 : Maintenir (mettre en place) un parc informatique mixte (État - parents) afin qu’il soit au pair avec ce qui est normalement utilisé dans la société.
Issue time10:00, par Pierre Lachance  
Catégories: Réflexions, Veille

J'adore mon travail! Surtout parce que j'ai la possibilité de travailler/apprendre avec les gens.

Deux projets, qui continueront à « mijoter » durant mes vacances, me stimulent beaucoup depuis quelque temps: la Taxonomie révisée de Bloom et comment se préparer la l'utilisation pédagogique du Web 2.0.

Ces deux projets devraient aboutir à de la documentation (site Web) de formation/support pour les enseignants. Suivez le présent blogue pour savoir quand ces sites seront en ligne.

Ces projets me stimulent non pas à cause de leur contenu/sujet (quoiqu'ils soient très intéressants), mais bien à cause des personnes avec qui je travaille, Judith Cantin, une personne très éclairée, m'a fait découvrir la Taxonomie révisée de Bloom, un outil qui permet d'expliquer vers où je veux aller avec les TIC (les utiliser dans des processus cognitifs de haut niveau). Merci Judith!

Bertin Desjardins, une personne très efficace, m'a obligé à creuser davantage le Web 2.0 dans l'optique des bases nécessaires pour utiliser des outils 2.0 en classe.

Richard Ayotte, une personne très critique, pour sa part, en m'invitant à me joindre à un de ses comités dans sa commission scolaire, m'a aidé à valider/réguler ma vision 2.0 auprès d'enseignants (très dynamiques et que j'ai eu plaisir à rencontrer).

Je suis très fier de pouvoir travailler/apprendre avec vous, à chaque rencontre/discussion je fais des bonds de géant. Merci à vous!

Issue time16:03, par  
Catégories: Rencontre nationale, Réflexions, Veille

C'était ma première expérience des Rendez-vous virtuels du RÉCIT avec l'outil Via. C’est exigeant, c’est incomplet, ça ne remplace pas tout d’une rencontre en personne, mais j’ai bien aimé! Les 1er, 2 et 3 juin derniers j'ai participé et animé des ateliers pendant cette rencontre.

Pour ce qui est de l'outil, sans être parfait, il permet une réelle rencontre de personnes à distance, des interactions riches et multiples. Je retiens particulièrement l'utilisation de l'outil d'annotations texte et des crochets pour l'approbation des idées émises. Cependant, la récupération de ces textes n'est pas chose facile, car, si j'ai bien compris, une fois la diapositive passée, on perd l'accès au texte. À mon sens, un outil comme EPad du RÉCIT pourrait faire le travail encore plus efficacement.

Autre aspect que je retiens, c'est la possibilité d'émettre des commentaires via le clavardage. Mais encore là, l'outil ne me permet pas d'émettre des commentaires à tous si je ne suis pas animateur (du moins, de la façon dont il était configuré). Un outil pour émettre des commentaires externes me semble essentiel au dynamisme du déroulement de l'atelier. Cela permet aux participants de réagir, de manifester leur intérêt, de poser des questions sans ralentir le rythme de l’atelier et donne de la rétroaction aux animateurs. Encore une fois, Epad peut faire le travail.

Le fait de pouvoir s’exprimer verbalement à différents moments me semble aussi intéressant. Il est parfois plus simple et rapide d’exprimer verbalement une idée. Avec les fonctions « Main levée », audio et vidéo, cela est bien géré par Via.

Un manque, c'est celui du « backchanneling ». Qu'est-ce que c'est? La traduction me semble difficile pour bien rendre le concept. J'ai lu « canal alternatif » ou « canal secondaire ». Pour ma part, je propose « flux parallèle » ou « canal parallèle ». En fait, c'est l'accès à un flux continu de commentaires et de partage entre toutes les personnes, peu importe l'atelier auquel ils participent. L'utilisation de service de microblogue comme Endirect ou Twitter permet d'émettre des commentaires, de partager des découvertes, de pointer vers des ressources utiles au déroulement de l'atelier, et ce, de façon publique. Cet aspect public permet aussi à des acteurs externes d'interagir avec l'événement en cours, de poser des questions et de découvrir en même temps que nous, voire de proposer des ressources supplémentaires en lien avec les besoins de l’atelier. Vous pouvez trouver ces flux ici :

  • http://recit.org/endirect/tag/rvrecit
  • http://recit.org/endirect/tag/rdvirtuel
  • http://twitter.com/#search?q=RV_RECIT
  • Je reviens sur la dimension publique du « backchanneling » qui me semble essentielle en cette ère du Web 2.0 et de la démocratisation du savoir. Le fait de partager publiquement nos échanges, du moins une partie de ceux-ci, donne accès à l’information à un plus grand nombre. Enseignante ou enseignant, conseillère ou conseiller pédagogique, universitaire ou tout autre acteur intéressé par l’éducation et les TIC est en mesure de faire des bouts de chemin avec nous, de contribuer à notre réflexion, de partager son expérience, de confronter nos points de vue à la réalité de la classe, de remettre en question nos postulats, d’exprimer ses craintes, ses inquiétudes, mais aussi ses passions, ses coups de cœur, etc. Cela donnerait une plus grande signifiance aux deux premières lettres du RÉCIT, « RÉ » pour réseau.

    Enfin, j’ai participé à quelques événements à distance ces derniers mois et j’en viens à un constat. Nos rencontres en personne, réelle, face à face, côte à côte auraient parfois avantage à tirer profit des outils mis de l’avant pour la collaboration à distance. Je m’explique. J’ai mainte fois assisté à des rencontres improductives, longues et démotivantes parce qu’inefficaces. Quand nous tentons de réfléchir à plusieurs sur une question autour d’une table, ce sont finalement souvent les même qui s’expriment plusieurs fois. En plus, la plupart du temps, ils se répètent croyant qu’on ne les a pas bien compris la première fois ou parce qu’ils ne se sont pas exprimés clairement cette première fois, ce qui, du coup, revient au même. Plusieurs finissent par ne pas s’exprimer soit pour ne pas allonger les discussions, soit pour ne pas perdre de temps ou encore parce qu’ils croient que cela ne changera rien. Si l’on introduisait certains des outils énumérés plus haut pendant nos rencontres réelles, les bénéfices seraient les mêmes.

    On peut exprimer plusieurs idées en même temps à l’écrit avec un outil comme EPad du RÉCIT : les concepts peuvent se construire en même temps, cela amène une interaction supplémentaire, permet de préciser les idées au fur et à mesure de leur élaboration, augmente l’implication de toutes et tous. Le « backchanneling » permet de faire circuler les idées en dehors de leur serre chaude et inoculée, peut amener des interactions externes qui enrichissent cette réflexion et surtout peut profiter à un plus grand nombre.

    Évidemment, tous ces principes s'appliquent en salle de classe. Cela nécessite un encadrement et du jugement mais les profits pour les élèves seront tout aussi riches.

    Le Web 2.0 est utile à la vie virtuelle, mais il l'est tout autant à la vie réelle. Mobilisons-le, nous en tirerons profit.

    Issue time19:03, par Pierre Lachance  
    Catégories: Rencontre nationale, Réflexions

    Ouf! Que de travail pour mes trois ateliers virtuels pour le RDVirtuel 2010 du RÉCIT! Voir quelques traces.

    Du travail, oui un peu plus que pour des ateliers en réel, on doit penser autrement l'atelier, penser à un plan B et C en cas de problèmes, tenter de trouver des façons d'aller chercher les idées des participants, etc.

    Je suis assez content des résultats. Bien que les trois ateliers étaient assez différents, j'ai eu un peu plus de plaisirs et de satisfactions que par les années passées (Merci à Benoit Petit, Judith Cantin et Bertin Desjardins pour la coanimation). Je crois que les participants se sentent plus à l'aise face à l'outil et osent davantage à prendre la parole. De mon côté, je dois avouer que je comprend plus les limites de l'outil et que je me mets un peu moins de pression «pour faire comme» les ateliers en réel.

    Je donnerai en exemple mon dernier atelier où plus de 22 participants étaient connectés pour échanger autour du Web 2.0. Nous avons réussi Judith, Bertin et moi (en toute humilité, en tout cas Judith et Bertin le sont humbles :roll: ) à «tirer du jus» des participants, en voici la preuve: http://recit.org/wiki/PedagogieWeb2Juin10/v.

    De plus, plusieurs participants ont pris la parole pour nous expliquer davantage les éléments ajoutés dans la page de travail (les saisies d'écran dans VIA).

    J'aime: avoir un point de départ pour initier la discussion, par exemple une partie d'un schéma où les participants peuvent écrire dessus pour le compléter.

    J'aime pas: les silences. Je suis encore mal à l'aide avec les moments de silence (par exemple quand on prend le temps de lire ce que les autres écrivent, etc).

    J'aime pas: la fenêtre de travail unique dans l'outil VIA. J'aimerais avoir une autre zone pour présenter une image/texte... tout en gardant la zone de travail active (là où se prend des notes).

    J'aime presque: VIA avec Flash 10.1 sous Ubuntu 10.04, les accents ne passent pas encore tous (les touches mortes), mais on s'approche.

    Finalement, rien de vaut le mode réel, mais le virtuel nous permet d'avancer tout de même.

    Issue time14:11, par Pierre Lachance  
    Catégories: Réflexions, Partage

    Judith Cantin m'a fait connaitre ce vidéo (90 min) à propos des technologies et de leurs effets dans notre société.

    Voici mes notes/réflexions prises lors de mon visionnement.

    Les TIC peuvent distraire de la tâche.

    C'est vrai et il faut en tenir compte, tout comme on le fait pour l'agenda papier qui sert de planche à dessin/collage ou encore pour son voisin de bureau. On doit être conscient que notre cerveau n'est pas si multitâche qu'on aimerait le croire.

    En passant, nos écoles (primaires et secondaires) sont encore assez loin d'avoir des problèmes avec le multi-tâche des élèves dans les classes encore assez fermées sur elles-mêmes (dirons certaines mauvaises langues &#59;) ).

    Le cerveau travaille plus fort lors d'une recherche sur le Web que lors de la lecture d'un livre.

    Ce qui me semble assez normal, ce sont deux actions différentes dont l'une est linéaire (le livre).

    La dépendance

    Être dépendant à quelque chose n'est pas nouveau dans l'humanité, il y aura toujours des gens plus enclins à ne pas garder un équilibre dans leur vie. Donc, comme les autres dépendances potentielles, l'école doit agir pour tenter de les prévenir.

    Communiquer avec ses proches

    Des parents qui se plaignent de leurs enfants à propos de la communication familiale ce n'est pas d'hier que ça existe. Les TIC ne sont pas LA seule source au problème.

    L'équilibre, un mot important ici, doit être une cible à atteindre. La bonne vieille culture générale, voilà un but qui me parait encore à jour.

    «Netiquette»

    Comme pour toutes les technologies, l'utilisation responsable des TIC doit être une autre cible. Mais ça ne tombera pas du ciel, ça doit être appris, expliqué, régulé, alouette...

    TIC = oxygène pour les jeunes

    L'image frappe, peut être un peu trop fort, mais elle a le mérite d'illustrer dans quel monde vivent nos enfants, les natifs (vs immigrants que nous sommes).

    Ho! Hi! Ha! Un directeur d'école surveille à distance (l'utilisation de leur ordinateur) les élèves, et ce, à leur insu!

    Selon moi, dépasser les limites pour éduquer aux limites est une mauvaise stratégie.

    Ça empire

    J'ai toujours un profond malaise quand j'entends dire :

    Avant c'était X, maintenant c'est X-1.

    On oublie toujours de considérer qu'il n'y a pas qu'une seule variable dans l'évolution du système. De là des conclusions plus subjectives qu'objectives.

    Les jeux

    Ici je trouve le terrain un peu glissant, car dans le système «jeu» il n'y a pas que la variable TIC à considérer. Pas besoin des TIC pour passer des heures et des heures à jouer. Ma grand-maman a joué aux cartes «réelles » d'innombrables heures alors qu'elle n'a pas connu le mot TIC!

    De l'excès il y en a toujours eu, il y en aura toujours selon moi. Et ce, dans tous les aspects de notre vie.

    Des bureaux d'IBM vides

    Celles et ceux qui ne croient pas que les TIC changent des choses dans notre société, je crois que de voir les bureaux d'IBM vides peut aider à le croire. L'utilisation d'outils virtuels dans un emploi change non seulement le travail, mais les relations entre les employés (et l'employeur).

    Jeu et école

    Apprendre par leu jeu? Ne sais pas trop. Mais je retiens cette phrase :

    Le jeu augmente l'engagement des élèves dans la tâche.

    Le mot important ici est «engagement », pas jeu. Il doit exister d'autres moyens de l'augmenter (l'engagement, pas le jeu)?

    Perte

    Encore ici (voir ce billet), on parle de perte quand on regarde en arrière. On perd la lecture de long texte. On perd le contact réel entre humains. On perd la concentration sur un sujet à la fois. On perd...

    (Re)Voir ce vidéo de Michel Serres sur ces pertes ou gains.

    Finalement

    Les TIC (la technologie) ne sont pas bonnes ou mauvaises. Elles sont puissantes.

    Et comme pour tout outil puissant, ça prend des humains préparés/formés pour les utiliser adéquatement. L'école doit absolument prendre sa place dans cette formation, car sinon ce sont des ti-zamis qui s'en occuperont.

    Une des bonnes fonctions des TIC est de pouvoir les éteindre. &#59;)

    Issue time08:00, par Pierre Lachance  
    Catégories: Réflexions

    Oui oui, la peur. J'ai rencontré cette peur dans les yeux d'un des participants à l'AQUOPS 2010 et j'ai dû me reculer de deux pas pour tenter de mieux saisir ce qui se passait.

    Je n'entrerai pas dans les détails de la discussion (à propos du Web 2.0 et de la facilité de publier du contenu), mais j'imagine que vous avez déjà rencontré une personne frileuse quand elle pense aux TIC entre les mains de nos jeunes enfants. En fait, ici ce n'est pas tant ce qui pourrait arriver aux enfants qui posait problème, mais bien ce qu'ils pourraient dire/faire sur le Web.

    Bon, ma conclusion, pour ne pas allonger inutilement ce billet, est que si on vit une activité/SA/SAÉ/... où les TIC sont intégrées, on doit la préparer au même titre que toute autre activité/SA/SAÉ/...

    Imaginons un enseignant de science et technologie (déformation professionnelle) qui veut faire vivre une activité de laboratoire ou d'atelier à ses élèves, il ne peut pas se lancer dans cette aventure sans se préparer et sans préparer ses élèves. Il y a des règles de sécurité, des consignes générales sur ce qui est acceptable ou non, des trucs pour bien réussir les manipulations, des éléments de bases à connaitre, etc.

    L'enseignant doit donc faire de même avec les TIC, se préparer. Ce qui signifie (en bref) que les élèves doivent savoir ce qu'ils peuvent faire (au point de vue éthique entre autres) avec les outils, ce qui arrivera si les limites sont dépassées, le pourquoi de ces limites, etc.

    Je crois que nous, les enseignants, avons une responsabilité envers nos élèves, celle de ne pas laisser au hasard ni aux ti-zamis le soin de les préparer à utiliser les TIC (ce qui inclus le Web), car sinon les peurs du participant inquiet pourraient bien se concrétiser.

    Mise à jour: Petite précision, il faut préparer mais aussi être vigilant durant la phase réalisation. Et surtout ne pas passer outre la phase d'intégration où on doit, avec les élèves, juger de ce qui s'est passé durant le projet TIC et apporter les ajustements nécessaires. C'est ici que l'on apprend pour «demain».

    Issue time08:28, par Pierre Lachance  
    Catégories: Rencontre nationale, Réflexions

    Notre réseau évolue, change, s'adapte, apprend...

    Nous venons de vivre 4 jours intenses pour encore mieux répondre aux besoins des enseignants désireux d'intégrer les TIC dans l'apprentissage des élèves. Voici quelques traces.

    Sur EnDirect, il y a eu de bons statuts: http://recit.org/endirect/tag/rn2009. Vous n'avez pas de compte sur EnDirect? Contactez-moi.

    Des notes publiques sur 2 de mes ateliers: Images en MST, Web collaboratif.

    Vous avez des traces de la RN2009, utiliser les commentaires ci-dessous pour les partager.

    Changement important

    Il y a quelques années on séparait TIC et pédagogie dans notre discours (le RÉCIT est d'abord là pour la pédagogie disait-on), ce qui pouvait causer quelques houleuses discussions. Aujourd'hui TIC et pédagogie sont intégrés dans les ateliers/discours, donc un pas en avant a été réalisé selon moi.

    Merci

    Merci à toute l'équipe qui a préparé la rencontre, ce fut un franc succès à mon avis. Surtout qu'on a pu discuter avec M. Guy Dumais (un des grands patrons au MELS) lors du 5 @ 7.

    Issue time11:55, par Pierre Lachance  
    Catégories: Rencontre nationale, Réflexions, Partage

    ... dans les domaines d'apprentissage.

    Voici un CMap qui se construit lors de la présentation/explication du thème de la rencontre nationale 2009 du RÉCIT.

    Intégration de l'image dans les domaine, des pistes.

    Si vous avez d'autres idées, vous pouvez utiliser les commentaires au bas du présent billet.

    Issue time07:43, par Pierre Lachance  
    Catégories: Réflexions

    Si vous vous demandez si les TIC sont utilisées dans le monde, voyez ce vidéo. Bien des chiffres, mais ça peut aider à comprendre pourquoi certaines personnes travaillent fort pour intégrer les TIC dans l'apprentissage des élèves.