Catégorie: "Rencontre nationale"

Issue time10:06, par PierreC  
Catégories: Rencontre nationale, Formation, Réflexions, Partage

La croyance populaire nous fait miroiter que les adolescents mènent le bal sur le Web. Les sceptiques seront CON-FON DUS! DUS! DUS! Quel beau DU s'époumonait un personnage de mon enfance fort populaire... Pour les plus jeunes... vous ne connaissez pas le Capitaine Bonhomme?

La Canadian Education Association mentionne une étude d'Ipsos Reid : Inter@ctive Teens : The Impact of the Internet on Canada's Next Generation.

Selon l'institut de sondage, ce sont les adultes et non les adolescents qui passent le plus de temps à surfer sur le Net. En moyenne, les adultes canadiens passent au total plus de 19 heures en ligne par semaine versus une moyenne de 13 heures pour les ados.

Les activités des ados sur Internet demeurent limitées à quelques services en ligne et sites, alors que la navigation des adultes canadiens est plus diversifiée.

Le sondage mené en novembre 2007 auprès de 2 000 répondants indiquent que les jeunes se livrent surtout à des activités de réseautage (clavardage, partage de photos et de vidéos, pages personnelles, messagerie instantanée, etc.) et visitent en grande partie de leur temps les sites traitant de jeux et de musique.

Il peut devenir intéressant pour le réseau de se doter d'axes d'intervention dans nos actions avec les enseignant(e)s et les élèves tournant autour de ces types d'activités. La notion de réseautage, de partage semble importante pour les jeunes. Portons-nous une attention particulière dans nos actions sur cet axe? Nos ados vivent pleinement l'informatique mobile. Les prépare-t-on à ceci? Comme le démontre cette étude, plusieurs activités exploitent pleinement le réseau Internet. Sommes-nous prêts à guider nos profs et nos jeunes dans ces types de technologies?

Bonne réflexion!

Issue time13:48, par Pierre Lachance  
Catégories: Logiciels, Rencontre nationale, Veille

Les idéateurs (mindmapping) sont un moyen de plus de présenter/structurer de l'information. CMap est un logiciel gratuit pour l'éducation permettant, entre autres, de travailler à plusieurs sur la même carte heuristique.

Lors de notre dernière rencontre nationale du RÉCIT à Duchesnay nous avons testé différentes applications de collaboration dont Cmap. Des problèmes? Ho oui! Pour pouvoir travailler à plusieurs sur un outil web, ça prend un bon, très bon lien Internet. &#59;)

Afin d'expérimenter le côté serveur, bien qu'il y ait des serveurs publics d'offerts, nous avons installé un serveur CMap à l'adresse http://cmap.recit.org. Ce serveur est mis à votre disposition, mais il y a une mise en garde: nous ne garantissons pas que vos CMap seront accessibles 24/24, 7/7, car le serveur peut lâcher (comme tout autre serveur en passant, mais ne connaissant pas trop la technologie utilisé par CMap, Tomcat, nous préférons vous en avertir). Nous faisons des sauvegardes sporadiquement, donc si vous déposez des CMap sur cmap.recit.org, vous pouvez les perdre :'( Conservez une copie quelque part (comme pour tous les documents numériques d'ailleurs, compétence Méthode de travail efficace).

Un autre point important, la bande passante de notre serveur n'est pas très large, on parle ici d'étroitesse assez limite. Donc si vous prévoyez travailler en grand groupe (disons plus de 10), tester avant l'événement, ça pourrait être lent.

Bon, maintenant que j'ai réussi à vous convaincre de ne pas utiliser ce serveur :> , vous pouvez faire vos tests et ensuite (après un coup de foudre avec CMap) faire pression sur votre CS pour vous installer un tel serveur et ainsi profiter de votre bande passante monstrueuse. Voici une page wiki (retirer le /v au bout de l'adresse pour pouvoir éditer la page) pour expliquer les rudiments de CMap et comment ajouter le serveur cmap.recit.org.

Bon CMap!

Issue time08:26, par PierreC  
Catégories: Rencontre nationale, Formation, Réflexions

Je vous invite à lire un article intéressant sur la génération de gens qui se forme sur Internet.

Ce qui est questionnant c'est que notre belle province se retrouve encore une fois dans les «bas fonds» de cette étude. Les taux les plus faibles d'apprenants par l'Internet se trouvaient dans les trois provinces suivantes:

  • Québec: 21 %
  • Terre-Neuve et Labrador: 20 %
  • Nouveau-Brunswick: 20 %

Il faut aussi retenir selon Statistiques Canada la recherche est l’utilisation liée à l’éducation la plus répandue:
graph1

Le graphique nous confirme que plusieurs internautes sont en mode «consommation».

Quel est le rôle du RÉCIT comme «acteur et agent de formation en intégration des technologies»? N'avons-nous pas une responsabilité à assumer? Ne devrions-nous pas prendre notre place pour le monde scolaire québécois?

Je réfléchis...


Rapport Apprentissage en direct : Facteurs associés à l’utilisation de l’Internet à des fins éducatives

Issue time09:12, par PierreC  
Catégories: Rencontre nationale, Réflexions, Veille

Quelques animateurs et animatrices du réseau suivent et s'intéressent grandement au Web 2.0.

Le journal «Les affaires» de la semaine du 19 octobre (très belle date en passant B)) consacre une partie de sa publication sur le Web 2.0.

L'interview avec Chris Anderson, le rédacteur en chef du magazine Wired, est savoureuse. Pour lui, le Web 2.0 c'est tout simplement le Web 1.0 qui fonctionne...

Je vous invite à lire cette entrevue ainsi que le dossier traitant de l'impact du Web 2.0 sur nos industries...

Bonne lecture!

Issue time09:04, par PierreC  
Catégories: Rencontre nationale, Formation, Réflexions

Ce matin, j'ai lu cet article sur Framasoft: Production et diffusion de ressources et droit d’auteur – Une conférence de Michèle Drechsler.

J'invite l'ensemble des animateurs et animatrices associées au RÉCIT à lire cet article fort intéressant touchant la culture de réseau, la production de matériel par les enseignant(e)s, de partage de ressources, et de professionnalisation de la profession:

«La production et la diffusion des ressources est un facteur "professionnalisant". Ecrire un scénario pédagogique, produire une ressource est un acte de formation en soi. C’est ainsi que le plan d’animation formation de la circonscription de Saint-Avold Sud favorise la création d’un « Napster éducatif d’enseignants auteurs et utilisateurs », dont elle est partie prenante».

Comme RÉCIT, nous avons une piste de réflexion et d'intervention intéressante à explorer avec nos enseignant(e)s intégrant les TIC en classe dans l'apprentisage des élèves. Serait-il pensable que nous adoptions ce type d'actions comme réseau?

Mme Drechsler se questionne aussi sur la formation des maîtres actuelles offerte par les universités :

«Dans un rapport sur la formation initiale et continue des maîtres, l’Inspection Générale souligne qu’elle doit mettre fortement l’accent sur la pratique professionnelle, non pour inciter le maître en formation à reproduire des recettes acquises par compagnonnage, méthode dont on connaît les vertus et les limites, mais pour lui permettre d’acquérir une connaissance du métier en même temps que les moyens de l’exercer»

.

Il s'agit de questionnement préoccupant en France, mais je crois que ce type de réflexions nous concerne grandement aussi. Pourquoi? Ne fait-on pas les mêmes constats de ce côté de l'Atlantique? Travaillons-nous comme réseau à l'essor et l'avancement de ces types de pratiques pédagogiques innovantes?

Pour ceux et celles qui suivent l'actualité de la bloguoshpère, nous avons vu ici un exemple de publication d'enseignants.

Sur Framasoft, nous avions eu une excellente réflexion sur les vastes possibilités pédagogiques du Web 2.0.

Bonne lecture et bonne réflexion de groupe!

Issue time15:33, par Pierre Lachance  
Catégories: Rencontre nationale

La deuxième question de notre atelier fut Recit.org?

Après écoute/lecture des commentaires/opinions, le site http://recit.org demeurera. Par contre on explicitera le but du site (et de tous les outils présents) afin de clarifier le rôle de ce site dans notre réseau. On devrait peut-être en faire autant pour le site http://recit.qc.ca afin de mieux faire la distinction. Une page wiki est ouverte pour ce faire.

Pour le blogue (outil à la racine du site), nous devrons établir des règles afin que l'outil atteigne les buts fixés. Mais le blogue semble être un outil très apprécié par le groupe. Il offre un endroit où on peut se permettre, dans le respect, de donner son opinion sur des sujets reliés au TIC. Il restera donc lui aussi en ligne et subira lui aussi des ajustements.

De plus, le blogue a été perçu par quelques participants (et par les animateurs ;o)) comme un moyen de s'ouvrir sur l'expertise hors RÉCIT (enseignant, conseiller pédagogique, directeur d'école, journaliste...). Ce qui ne peut qu'enrichir notre réseau. Nous donnons également l'impression avec ce blogue que nous faisons ce que nous disons: apprendre ensemble avec les TIC.

À propos du nom «Blogue du RÉCIT», nous y reviendrons après avoir écrit les règles du site, les buts du site... À notre avis, peu importe le nom qu'on peut y donner, ce blogue sera toujours considéré comme un blogue où des membres du RÉCIT qui désirent socio-construire publiquement.

Au sujet des multiples adresses web, il serait approprié également de rassembler les divers projets (sondages, bons coups...) éparpillés ici et là sur la même adresse: http://recit.org (ou recit.qc.ca). Et ceci dans le but de n'avoir qu'un site officiel et qu'un site de travail/construction/partage.

Gilles Jobin et Pierre Lachance

Issue time15:26, par Pierre Lachance  
Catégories: Rencontre nationale

Dernière question de notre atelier, moins de commentaires ont vu le jour mais nous en retirons ceci:

Les blogues ont un potentiel intéressant mais doivent être expérimentés et documentés afin de pouvoir en tirer profit au maximum. À cet effet, nous produirons un recueil des divers blogues d'élèves dans le réseau. Il y a pour l'instant cet outil qui permet de suivre des blogues en lien avec la pédagogie.

Nous devrons par contre bien définir (et départager) les divers outils de publication web que nous proposons (wiki, courriel, liste de diffusion, gestionnaire de contenu, blogue...) afin de pouvoir mieux répondre aux besoins très variés des éducateurs.

Gilles Jobin et Pierre Lachance

Issue time11:36, par Gilles Jobin  
Catégories: Rencontre nationale, Bloguons

En juin dernier, à l'annonce d'une journée complète consacrée à SPIP à la rencontre nationale, j'avais émis des réserves. Mais à la suite du vécu de cette journée, j'avoue que ces réserves n'avaient sans doute pas lieu d'être. En effet, je n'ai pu que constater l'énorme satisfaction des participants aux différents ateliers. De plus, cela semble vraiment avoir permis une compréhension commune d'au moins un gestionnaire de contenu. Il faut cependant faire bien attention : SPIP, ce n'est pas la fin du monde. L'idée est de bien saisir les idées, les concepts qui régissent les gestionnaires de contenu. Que ce dernier soit SPIP, PhpNuke, Mambo ou autres n'est pas vraiment important. Pas plus que MS WORD est important à apprendre au regard du traitement de texte, pas plus SPIP ne l'est au regard des gestionnaires de contenu. Cependant, je crois qu'il est incontournable de bien saisir la philosophie qui entoure ces gestionnaires. Ainsi serons-nous en mesure d'offrir encore un meilleur service aux enseignants. Je le répète, pas plus que j'aimerais me faire imposer un traitement de texte en particulier, pas plus j'aimerais me faire imposer SPIP en tant que gestionnaire de contenu : on doit absolument garder l'entière liberté aux regard de nos outils.

J'ai été agréablement surpris par la nouvelle mouture du site officiel. Il est ici.

Quelques suggestions :

  1. Un site web demande de l'énergie. Par la syndication de plusieurs des sites des animateurs RÉCIT, automatiquement (ou presque), on sentira de la vie sur recit.qc.ca. Cependant, je crois que ce ne sera pas suffisant : il faut aussi que des articles originaux puissent y voir le jour. À cet égard, je suggère que les responsables du site s'inspirent de billets sur recit.org pour écrire des articles (à condition bien évidemment de respecter la licence associée auxdits billets.)
  2. Il faudrait que le fil RSS soit plus facilement accessible sur la page d'accueil du site.
  3. Il faudrait que ce fil permette en même temps d'obtenir les nouveautés des sites syndiqués.
  4. Pour assurer une certaine vitalité du site, je crois qu'un éditorial provenant de nos coordonnateurs devrait y être publié mensuellement.

Et vous, qu'en pensez-vous?

Issue time09:44, par Pierre Lachance  
Catégories: Rencontre nationale

Nous tenons d'abord à remercier les participants présents à notre atelier. Vous nous avez fait progresser dans notre compréhension de ce dossier.

Après la discussion du 5 octobre PM et la lecture des commentaires au billet Réflexion : Le RECIT et les avis voici une tentative de synthèse de notre part. Nous nous réservons la possibilité d'intervenir individuellement plus tard.

Le groupe est d'accord avec la construction/publication d'avis de la part du RÉCIT. Il semble qu'il y a un besoin d'avoir des outils pour aider à la prise de décisions en ce qui concerne les TIC. Par contre, on devra au préalable bien définir ce qu'est un avis, car la compréhension n'est pas la même pour tout le monde.

Un avis ne s'écrit pas n'importe comment. Il faudra donc mettre en place une méthodologie officielle et documentée pour s'assurer que l'avis sera rédigé (et interprété) dans les règles de l'art.

Les sujets des avis devrons être sélectionnés dans le but de répondre aux besoins les plus criants dans le réseau. Un sondage pourra nous indiquer l'ordre des sujets à traiter.

Nos avis auront possiblement un effet d'augmenter notre leadership dans le monde des TIC en éducation. Ce qui semble être un des buts que les participants trouvaient importants.

Nous mettrons en branle la construction de la méthodologie dans les prochaines semaines.

Gilles Jobin et Pierre Lachance

Issue time13:01, par Pierre Lachance  
Catégories: Rencontre nationale

Notre 3e question de l'atelier de réflexion en RÉCIT est:

Les blogues ont-ils un avenir en pédagogie?

Le phénomène des blogues est mondial. C'est pourquoi nous nous intéressons à cette technologie depuis quelques mois. Voici quelques éléments pouvant aider à la réflexion.

Dans le contexte où le RÉCIT veut passer de «l'adolescence à l'âge adulte», est-ce qu'un blogue d'équipe, notre équipe, est aidant?

Est-ce qu'on se donne des moyens au RÉCIT pour vérifier/expérimenter cette technologie afin mieux répondre aux besoins des enseignants? Selon ce que veut faire l'enseignant avec ses élèves, le blogue est peut être l'outil à privilégier? Mais encore faut-il connaître ses avantages et ses inconvénients.

Est-ce que ce mode de communication peut aider une équipe comme le RÉCIT dans ses mandats (veille technologique, culture de réseau, concertation régionale/nationale, formation continue)?

Une définition de Blogue. Pourquoi écrire? Exemple de discussion pédagogique