Petit fait vécu la semaine dernière dans une classe de quatrième année. J'initiais les élèves (et l'enseignante!) à Squeak. Après ma présentation très générale du logiciel (les tiroirs, la construction d'un objet, le script basique qui fait avancer l'objet), j'ai laissé les élèves expérimenter.

L'enseignante et moi circulions dans le labo, prêts à répondre aux questions. Comme les élèves touchaient pour la première fois au logiciel, il était normal d'aider les élèves dans les manipulations élémentaires à acquérir.

Une main levée. Je m'approchai.
- Wow, elle est jolie ta voiture !
- Oui, mais j'aimerais qu'elle avance, comme l'exemple que vous nous avez donné au début du cours.
- Oh! Alors, tu auras besoin d'une brique. Commence par faire apparaître le halo de ta voiture.
L'enfant s'exécuta rapidement. Je suis toujours ébahi par la rapidité avec laquelle ils absorbent la technicité.
- Ok. Maintenant clique sur le petit oeil. On appelle ça le visualiseur.
Pendant ce temps, quelques élèves s'étaient déplacés vers notre ordinateur. Il y en avait quatre ou cinq qui nous entouraient. L'enseignante nous observait à distance. Mais je sentais son regard interrogateur sur nous.
- Tu vois, il y plein de possibilités qui viennent d'apparaître et...
- Oh ! je vois "dessin avance 5", fit-il.
- Exact. On appelle ça une brique. Tu peux la tester en cliquant sur le point d'exclamation à gauche.
En cliquant, la voiture avançait. Les élèves riaient. J'avais leur complète attention.
- Ok. Bien entendu, on voudrait que cela se fasse tout seul. Donc, tu dois donner l'ordre à la voiture d'avancer. Pour cela tire la brique dans le monde.
L'élève avait toujours la main sur la souris. Je lui indiquai verbalement comment réaliser la chose.
- Bravo. On appelle ça un script. Tu vois l'espèce d'horloge au centre de la tuile? Clique dessus pour exécuter ton script.
Des wow surgissaient autour de nous. Mais c'est là que l'extraordinaire se produisit.
- Hum... mais j'aimerais aussi que la voiture puisse reculer.
Je jubilais. Cet élève n'était qu'en quatrième année. Et si je me fie aux savoirs essentiels (quel concept ridicule!) du programme, j'aurais dû arrêter ici pour lui signaler qu'il devra attendre dans un an ou deux, car c'est là qu'on apprend le concept des nombres entiers. Mais, voyez-vous, pour moi les maths sont un outil pour résoudre plein de problèmes. Or ici, l'enfant avait un réel problème : faire reculer sa voiture. Du problème provenant de l'élève même émergait un besoin mathématique.
C'est ainsi qu'avec tous ses copains qui entouraient son ordinateur, cet élève a vu concrètement à quoi pouvaient servir les nombres négatifs.

Je viens d'écrire un tutoriel sur cet aspect assez basique de Squeak. C'est ici. Comme les animations sont en Flash, vous pourrez bien comprendre une partie de la puissance de Squeak sans devoir l'installer sur votre machine. Mais en tant qu'animateur du Récit, je ne vois pas comment on pourrait ne pas vouloir initier les enseignants à cet outil ! Peut-être qu'on devrait offrir un atelier d'appropriation de Squeak à la prochaine rencontre nationale ? Seriez-vous preneur ?

Pour ceux d'entre vous qui aimeraient voir comment des élèves peuvent bâtir un questionnaire interactif, j'ai écrit un tutoriel qui explique la chose. C'est là.

Si vous désirez participer à la communauté québécoise Squeak, rien n'est plus facile : suivez ce lien.

Un grand merci au RecitMST d'héberger ce projet.