Tout commença avec le billet de Gilles. Puis la réponse de Patrice Lévesque et une discussion avec un ami éducateur en mangeant un sous-marin. Puis ce bilet de Louis. Me voilà perplexe :o(

Quelle serait la meilleur stratégie pour s'assurer que nos élèves développent suffisamment la compétence TIC durant leur passage dans nos classes? Chercher à tout prix à former/intéresser tous les profs (car après tout c'est dans le programme de formation) ou encore s'adresser à ceux qui ont déjà un pas de fait?

J'ai écrit ça ici: «Les profs avancés c'est mon histoire de noyau. On doit, je crois moi aussi, créer ce noyau de profs qui aura par la suite des effets sur les autres. On doit atteindre/développer une masse critique de «profs compétents en TIC» pour tirer la masse (inertie) vers notre but.»

Cette vision en est une de formateur de profs. C'est une stratégie de formation à long terme. Mais si on se place du côté des élèves, est-ce que c'est encore cette stratégie qui donnera les meilleurs résultats? Je crois que oui. Si on met notre énergie (la plus grande partie du moins) sur les profs qui sont déjà intéressés (ou avancés comme le dis Gilles) par les TIC et qui ont un bout de chemin de fait, on leur permettra d'avoir une plus grande compétence à répondre aux besoins des élèves (et des collègues également). Car un prof déjà «conquis» lira sur le web, questionnera par lui-même des personnes ressources, développera des situations d'apprentissage intégrant les TIC et les essaiera en classe, partagera ses travaux et ses conclusions, etc. Mon hypothèse est qu'il devrait y avoir quelques profs «conquis» sur la route de l'élève qui l'allumeront sur les TIC et leur potentiel.

Que faire avec les éducateurs qui n'ont pas d'intérêts ou qui ne veulent pas être formés? Désolé, mais je ne suis pas en position d'autorité sur aucun éducateurs. Ce dossier n'est donc pas le mien. Tout ce que je peux continuer à faire c'est de répondre à ceux qui veulent être aidé. Par contre, comme le dit Louis, il devrait y avoir du leadership de la part des directions d'école, car selon ma petite expérience, là où il y a une direction ouverte/intéressée aux TIC, les èléves baignent suffisamment dedans pour développer leur compétence TIC. Il y a cependant, pour une direction d'école aussi, quelques erreurs à ne pas commettre. Favoriser les TIC ne veut pas dire l'imposer!

J'espère donc que la stratégie du noyau de profs continuera à faire des nouveaux adeptes des TIC dans l'apprentissage.

PS: Le titre de ce billet est au singulier, par contre il est évident qu'il y en a plusieurs stratégies simultanées possibles.