Catégorie: "Veille"

Issue time07:07, par Pierre Lachance  
Catégories: Veille

Comme personne ne veut mettre du temps à produire du contenu qui ne sera accessible qu'à quelques personnes seulement et pour un temps limité, il y a des règles qui peuvent aider à éviter ces problèmes.

Stéphane Lavoie a produit ce texte sur la norme WCAG.

Bonne lecture et production de contenu «accessible»!

 

Issue time10:15, par Pierre Lachance  
Catégories: Veille

Le microblogue EnDirect a été créé, entre autres, dans le but de fournir un lieu plus sécuritaire, plus privé, plus ciblé (éducation) que les réseaux sociaux «publics». De plus, EnDirect était un projet de recherche et développement qui avait pour but de se faire une tête sur le concept de microblogue en apprentissage.

Après quelques années de service nous fermerons EnDirect à la fin octobre 2013. Pourquoi? Pour diverses raisons techniques et surtout parce que notre conclusion est que ce type d'outil ne répond pas à un réel besoin du milieu scolaire.

Nous tenons à remercier les enseignants qui ont réalisé quelques projets avec EnDirect ainsi que les conseillers pédagogiques qui l'ont utilisé pour diffuser de l'information.

Issue time10:21, par  
Catégories: Réflexions, Partage, Veille

Lorsque j’anime des ateliers, je suis toujours à la recherche de moyens pour rendre les participants les plus actifs possible. Un des moyens que j’ai mis en place est la prise de notes collectives. Cela leur permet de profiter des réflexions des autres en partageant non seulement leurs notes, mais aussi des références, des idées et des découvertes. Ce moyen me permet également de réguler mes formations en relisant les notes de tout le monde. Il arrive souvent que certains éprouvent un malaise à prendre des notes publiques, et ce, pour toutes sortes de raisons. C'est donc un apprentissage à faire.

À cet effet, lors d'un atelier que j'animais au colloque de l'AQEP en décembre 2012, une participante est venue me voir à la fin de l'atelier et elle me dit : « Je suis déçue... ». Figé, je lui demande ce qui la déçoit. Elle me répond : « ... des notes collectives ». Je suis alors vraiment intrigué et un peu mal à l'aise... Elle enchaîne : « En fait, j'ai pris beaucoup de notes pendant l'atelier, car je trouvais cette idée très intéressante. Mais je suis déçue, car je constate, à la fin de l'atelier, que j'ai été la seule à le faire. Je ne peux donc pas profiter des notes des autres. Il serait très important que vous insistiez davantage au début de vos ateliers pour que tout le monde participe. » Donc, depuis ce temps, j'insiste un peu plus sur l’intérêt de ce partage. Je raconte aussi cette anecdote avec l'espoir de motiver à l'action.

Je vois aussi dans cette activité, une manière concrète d'actualiser un concept qui paraît parfois abstrait aux yeux de plusieurs, le socioconstructivisme. J'apprends mieux avec les autres que seul. Les outils collaboratifs en ligne offrent cette possibilité qui était impensable il y a à peine plus de 5 ans. Mon outil de prédilection est Google Drive. Je crée un document texte que je partage en écriture pour tous ceux qui disposent du lien. Voyez plus bas la procédure de partage.

Jusqu'alors, je proposais un simple tableau à deux colonnes : l'une pour inscrire son prénom et l'autre pour prendre des notes. Vous pouvez voir ce Modèle de notes collectives simples. À ma dernière animation, à la Commission scolaire du Fleuve-et-des-Lacs, j'ai décidé d'explorer un nouveau modèle de notes collectives enrichies. Je me suis inspiré du concept de canevas ouvert que j'ai organisé en fonction de mes objectifs de formation. Voici ce Modèle de notes collectives enrichies. Le résultat m'est apparu concluant en relisant les notes des participants.

Mon intention était de procurer un espace commun plus ouvert pour partager et des espaces individuels organisés afin de faciliter la structuration de la pensée. Il met en évidence les éléments qui peuvent permettre des transferts dans la pratique par la suite. Je le présente comme un modèle et non pas comme une obligation. Un participant pourrait modifier sa page ou l'organiser autrement s'il le souhaite. J'ai utilisé la fonction « Table des matières » pour faciliter l'accès à chacune des pages. Pour ce faire, il suffit d'utiliser les fonctions de style de Google Drive, « Titre 3 » en l'occurrence, et d'insérer une table des matières au début du document.

N'hésitez pas à vous servir de ces modèles et à les adapter à vos besoins. Si vous avez déjà un compte Google Drive, il vous suffit d'en créer une copie à partir du menu « Fichier ». Voici à nouveau les liens vers ces deux modèles :

Pour partager un document dans Google Drive

Cliquer sur le bouton bleu « Partager »

Cliquer sur « Modifier... »

Sélectionner le bouton radio « Tous les utilisateurs disposant du lien » et modifier l'accès à « Modification autorisée ».

Cliquer sur le bouton « Enregistrer »

J'espère que cet article vous sera utile. Laissez vos commentaires afin d'enrichir cette stratégie par vos idées!

Au plaisir de vous lire! :-)

Benoit Petit
Service national du RÉCIT – Développement de la personne

Issue time09:38, par Pierre Lachance  
Catégories: Logiciels, Partage, Veille

Encore un courriel de Stéphnae Lavoie en ce vendredi.


Voici une autre application gratuite issue des Google Labs : Google Scribe.

Google Scribe suggère des mots à partir des lettres tapées ou des mots antérieurs de la phrase, c’est donc un prédicteur de mots. Et contrairement aux informations de l’aide en ligne (Google Scribe n’est disponible qu’en anglais, en arabe et en espagnol), il fonctionne en français! Il faut vérifier la justesse des suggestions, car le fait d’être multilingue entraîne parfois des propositions pour le moins bizarres.

Outre sa prédiction de mots (et l’usuelle mise en forme de caractères et mise en page de base de tout bon texteur), Google Scribe offre trois autres fonctions :

À l’aide d’un signapplet, Google Scribe devient un assistant d’écriture dans tout formulaire web. Cette fonction est drôlement intéressante considérant que l’écriture s’effectue de plus en plus sur le web. Il suffit de glisser-déplacer le lien (disponible à http://googlescribe.appspot.com/static/help.html#UsingBookmarklet) dans sa barre de raccourcis de navigateur, puis d’activer Google Scribe sur une page formulaire en cliquant sur le signapplet. À l’aide du signapplet, les mots suggérés se trouvent dans une liste qui peut être triée en ordre alphabétique, selon un score Google et selon la pertinence. C’est fort, c’est vraiment fort! Ça fonctionne même dans le portail Édugroupe!

Une deuxième fonction se situe dans Google Scribe : le copier-coller d’une adresse Internet (URL) devrait entraîner une transformation de l’URL en hyperlien avec un texte suggéré. Je n’ai pas été impressionné par cette fonction qui n’a réussi qu’une fois sur trois environ à suggérer un texte pertinent pour le lien copié. On ne peut pas être fort dans tout!

Puis, un traitement de faveur pour Google Chrome qui a droit à une extension Google Scribe. Avec cette extension, on élimine le clic sur le signapplet, Google Scribe peut être automatiquement activé.

Dernier élément, Google Scribe fonctionne sur Linux, Mac et Windows avec les navigateurs Chrome, Firefox 3.5+, Internet Explorer 8+ et Safari 5+, c’est donc assez universel. La prédiction de mots gratuitement partout sur le web!

Je vous invite à tester Google Scribe et à soumettre vos commentaires.

https://googlescribe.appspot.com/

Google Scribe est ma trouvaille du vendredi.


Mise à jour: Un petit tuto de Danielle De Champlain.

Issue time17:08, par  
Catégories: Réflexions, Veille

À l'automne dernier, les services nationaux du RÉCIT ont entrepris une réflexion au sujet de l'école numérique. Ce document est le fruit de leur travail. Il présente une vision de l’école numérique, des objectifs à poursuivre ainsi que des stratégies à mettre en œuvre.

Nous avons soumis ce texte à nos collègues de tout le RÉCIT, mais nous n'avons pas terminé de compiler leurs suggestions. Ce document en est donc un de travail. Il ne représente pas une position officielle de quelqu'organisme que ce soit.

Les services nationaux souhaitent avoir vos commentaires à propos de cette réflexion.

  • Partagez-vous cette vision de l’école numérique? Y a-t-il des éléments à ajouter?
  • Que pensez-vous des objectifs poursuivis? En avez-vous d’autres?
  • Quels sont vos commentaires sur les stratégies? En avez-vous d’autres à suggérer? Quelles sont vos réactions?

Cette réflexion ne portera ses fruits que si elle devient celle de l'ensemble du réseau scolaire. N'hésitez pas à y apporter votre contribution.

L’école numérique

Version du 4 oct. 2010

Équipe de rédaction: Benoit Petit, Marc-André Lalande, Pierre Lachance

Vision

Considérant que :

  • l’exploitation pédagogique des TIC présente des effets positifs sur la réussite scolaire;
  • le recours aux TIC est dans une société du savoir, et vraisemblablement dans la société de demain, est devenu courant dans la vie de tous les jours comme dans le marché du travail;
  • la réalité numérique de l’école et celle de la société sont en rupture grandissante.

Nous proposons que le Québec adopte un virage, tant au plan technologique que pédagogique, vers une école numérique ouverte sur la société où l’élève peut recourir à la technologie de son choix, au moment qui lui convient, pour toute activité d’apprentissage et d’évaluation, à l’intérieur comme à l’extérieur des murs de l’école.

Objectifs

  1. Augmenter la réussite des élèves grâce à une exploitation pédagogique des TIC
  2. Augmenter la qualité des apprentissages en rapprochant les moyens que choisit l’école afin qu’ils soient plus près de ceux qui sont choisis normalement dans la société du savoir

Stratégies

Note: le chiffre devant la stratégie fait le lien avec l’objectif poursuivi.

  • 2: Chaque élève doit avoir accès aux technologies en tout temps pour apprendre (multitude d’outils et de façons de faire)
  • Accessibilité en tout temps à la technologie, tant en apprentissage, qu’en évaluation en aide à l’apprentissage, qu’en évaluation plus formelle : matériel adéquat pour les conseillers pédagogiques enseignants et les élèves, aménagement des locaux dans l’école, accès à internet partout.
  • 2: Le choix de l’outil technologique revient tant à l’apprenant qu’aux pédagogues.
  • 1 : Former et équiper le personnel enseignant afin qu’il puisse exploiter couramment les TIC d’un point de vue pédagogique, didactique et professionnel.
  • Formation continue des enseignants (compétence 8)
  • Formation et accompagnement des conseillers pédagogiques à l’utilisation des TIC. Les TIC doivent faire partie intégrante de leur intervention pédagogique auprès des enseignants et mettre en évidence comment les élèves peuvent mobiliser les TIC pour mieux apprendre.
  • Formation initiale des enseignants à l’université.
  • La valeur ajoutée pédagogique, didactique et professionnelle des TIC doit être soulignée et exploitée de façon signifiante et engageante dans les cours (revoir le modèle actuel).
  • Collaboration réseau de l’éducation et université
  • Encourager le personnel enseignant à viser un haut de niveau de compétence technopédagogique
  • Reconnaissance ministérielle pour favoriser la formation continue des enseignants aux TIC (formation initiale ou perfectionnement)... Cette reconnaissance pourrait garantir un nombre d’ordinateurs portables dans une école (ex. 10 profs ont le papier, le MELS fournit 10 portables à l’école).
  • 1: Formation plus ciblée et sensibilisation du personnel de direction.
  • Offrir des outils de suivi de l’aisance du personnel enseignant quant à l’exploitation des TIC
  • 2 : Établir des profils de compétence quant à l’intégration des TIC en lien avec les exigences du marché du travail et que ces profils soient connus des élèves.
  • 1 ou 2 ou ? : Favoriser la production et l’accès au contenu ouvert (voir point 7 Du Horizon Report 2010)
  • 2 : Maintenir (mettre en place) un parc informatique mixte (État - parents) afin qu’il soit au pair avec ce qui est normalement utilisé dans la société.
Issue time14:49, par Pierre Lachance  
Catégories: Logiciels, Veille

Suite à un message de Benoit Petit, je réalise ne pas avoir billeté que Twitter et EnDirect (contient moins de bruits, car axé éducation) sont devenus un excellent moyen de s'informer (et apprendre) de ce qui se passe en éducation.

Voici le contenu du message de Benoit qui présente des listes de personnes utilisant ces microblogues en éducation.


Voici le lien vers le fil de la rencontre nationale des gestionnaires :
http://twitter.com/#!/search?q=%23RN2010

Tant qu'à parler de Twitter, je vous propose 4 listes à suivre sur Twitter :

Les services locaux du RÉCIT : http://twitter.com/#!/list/recitqc/recit-locaux
Les services régionaux du RÉCIT à la FGA : http://twitter.com/#!/list/recitqc/recit-fga

Les services nationaux du RÉCIT : http://twitter.com/#!/list/recitqc/recit-nationaux

Des personnes oeuvrant en éducation au Québec et au Canada francophone : http://twitter.com/#!/petitbenoit/education-qc

Vous devriez être listé dans une ou l'autre de ces listes, mais vous n'y êtes pas, faites-moi signe et je vous ajouterai.

Bonne journée!


Note de Pierre L: si vous désirez vous créer un compte sur EnDirect, contactez-moi.

Bon microblogue!

Issue time10:08, par Pierre Lachance  
Catégories: Veille

Tout le monde connait la suite d'outils 2.0 de Google (document, présentation, tableur, formulaire, dessin).

Mais saviez-vous que les graphiques dés réponses à un formulaire (comme celui-ci) sont générés automatiquement par l'outil?

Pour voir les graphiques de votre formulaire, rendez-vous dans le tableur relié au formulaire, menu «Afficher le résumé des réponses».

Vos obtiendrai ce type de graphiques.

Ça peut être utile pour des petits sondages lors d'une formation, sans avoir à réaliser à la main le traitement de données.

Bon formulaire!

PS: Merci à Pierre Couillard pour la découverte de cette fonction très utile selon moi.

Issue time13:18, par Pierre Lachance  
Catégories: Veille

Je prends quelques octets pour organiser un peu l'information en lien avec les travaux concernant le Web 2.0 de quelques membres du RÉCIT.

Urgence?

Selon ce qu'on m'a dit la semaine dernière (bonne source), une mauvaise utilisation du Web 2.0 a mené à au moins un congédiement d'un enseignant (on n'a pas toute l'information, c'était peut être la goutte d'eau qui a fait déborder le vase). On voit également passer ici et là des nouvelles en lien avec des cas d'élèves qui ont utilisé le Web 2.0 (surtout les réseaux sociaux) de façon criminelle (menace de mort, falsification d'identité, etc).

Ce qui m'amène à penser que le milieu scolaire doit agir au plus tôt (information, formation, encadrement, etc) afin de se protéger et de protéger les élèves/enseignants face aux technologies 2.0. Voilà le pourquoi de ce qui suit.

Document de base

Un document (voir le plan) est en rédaction par Bertin Desjardins et moi sur les différents aspects du Web 2.0. Vous pouvez consulter la version du 12 octobre ici. Vous avez des questions/suggestions, utilisez les commentaires du présent billet ou contactez-moi.

Ce document de travail sera publié en version 0.1 dans les prochains jours afin de donner le plus tôt possible des pistes de réflexion au milieu scolaire.

Une version plus « finie » devrait être publiée d'ici mars 2011.

Site Web

Un site Web (http://recit.org/web2/) est né la semaine dernière (donc, ne contient presque rien pour l'instant), site qui a pour but de publier de l'information, des documents, pouvant être utiles aux écoles/CS/comité 2.0... Vous désirez y participer? Contactez-moi.

Partage et nouvelles

Lors de notre atelier sur le Web 2.0, les participantes et participants ont choisi le microblogue EnDirect et la liste du RÉCIT comme moyen de partager et d'informer sur ce qui se passe en lien avec le Web 2.0.

Ne pas oublier de placer le mot-clé #Web2.0 dans vos statuts dans EnDirect (suivre le fil RSS de ce sujet sur EnDirect).

Formations

Vous avez besoin d'information, de formation, d'accompagnement en lien avec le Web 2.0? Le point de départ est votre personnes ressources du RÉCIT de votre commission scolaire. Cette personne pourra par la suite trouver une ressource qui pourra répondre aux besoins du milieu.

Voilà pour où nous en sommes dans notre volonté d'agir en personne prudente et diligente (en bon père de famille) dans le cas du Web 2.0.

Mise à jour du 25 octobre: La version 10.10 du document «À propos du Web 2.0» est publié ici.

Issue time10:00, par Pierre Lachance  
Catégories: Réflexions, Veille

J'adore mon travail! Surtout parce que j'ai la possibilité de travailler/apprendre avec les gens.

Deux projets, qui continueront à « mijoter » durant mes vacances, me stimulent beaucoup depuis quelque temps: la Taxonomie révisée de Bloom et comment se préparer la l'utilisation pédagogique du Web 2.0.

Ces deux projets devraient aboutir à de la documentation (site Web) de formation/support pour les enseignants. Suivez le présent blogue pour savoir quand ces sites seront en ligne.

Ces projets me stimulent non pas à cause de leur contenu/sujet (quoiqu'ils soient très intéressants), mais bien à cause des personnes avec qui je travaille, Judith Cantin, une personne très éclairée, m'a fait découvrir la Taxonomie révisée de Bloom, un outil qui permet d'expliquer vers où je veux aller avec les TIC (les utiliser dans des processus cognitifs de haut niveau). Merci Judith!

Bertin Desjardins, une personne très efficace, m'a obligé à creuser davantage le Web 2.0 dans l'optique des bases nécessaires pour utiliser des outils 2.0 en classe.

Richard Ayotte, une personne très critique, pour sa part, en m'invitant à me joindre à un de ses comités dans sa commission scolaire, m'a aidé à valider/réguler ma vision 2.0 auprès d'enseignants (très dynamiques et que j'ai eu plaisir à rencontrer).

Je suis très fier de pouvoir travailler/apprendre avec vous, à chaque rencontre/discussion je fais des bonds de géant. Merci à vous!

Issue time16:03, par  
Catégories: Rencontre nationale, Réflexions, Veille

C'était ma première expérience des Rendez-vous virtuels du RÉCIT avec l'outil Via. C’est exigeant, c’est incomplet, ça ne remplace pas tout d’une rencontre en personne, mais j’ai bien aimé! Les 1er, 2 et 3 juin derniers j'ai participé et animé des ateliers pendant cette rencontre.

Pour ce qui est de l'outil, sans être parfait, il permet une réelle rencontre de personnes à distance, des interactions riches et multiples. Je retiens particulièrement l'utilisation de l'outil d'annotations texte et des crochets pour l'approbation des idées émises. Cependant, la récupération de ces textes n'est pas chose facile, car, si j'ai bien compris, une fois la diapositive passée, on perd l'accès au texte. À mon sens, un outil comme EPad du RÉCIT pourrait faire le travail encore plus efficacement.

Autre aspect que je retiens, c'est la possibilité d'émettre des commentaires via le clavardage. Mais encore là, l'outil ne me permet pas d'émettre des commentaires à tous si je ne suis pas animateur (du moins, de la façon dont il était configuré). Un outil pour émettre des commentaires externes me semble essentiel au dynamisme du déroulement de l'atelier. Cela permet aux participants de réagir, de manifester leur intérêt, de poser des questions sans ralentir le rythme de l’atelier et donne de la rétroaction aux animateurs. Encore une fois, Epad peut faire le travail.

Le fait de pouvoir s’exprimer verbalement à différents moments me semble aussi intéressant. Il est parfois plus simple et rapide d’exprimer verbalement une idée. Avec les fonctions « Main levée », audio et vidéo, cela est bien géré par Via.

Un manque, c'est celui du « backchanneling ». Qu'est-ce que c'est? La traduction me semble difficile pour bien rendre le concept. J'ai lu « canal alternatif » ou « canal secondaire ». Pour ma part, je propose « flux parallèle » ou « canal parallèle ». En fait, c'est l'accès à un flux continu de commentaires et de partage entre toutes les personnes, peu importe l'atelier auquel ils participent. L'utilisation de service de microblogue comme Endirect ou Twitter permet d'émettre des commentaires, de partager des découvertes, de pointer vers des ressources utiles au déroulement de l'atelier, et ce, de façon publique. Cet aspect public permet aussi à des acteurs externes d'interagir avec l'événement en cours, de poser des questions et de découvrir en même temps que nous, voire de proposer des ressources supplémentaires en lien avec les besoins de l’atelier. Vous pouvez trouver ces flux ici :

  • http://recit.org/endirect/tag/rvrecit
  • http://recit.org/endirect/tag/rdvirtuel
  • http://twitter.com/#search?q=RV_RECIT
  • Je reviens sur la dimension publique du « backchanneling » qui me semble essentielle en cette ère du Web 2.0 et de la démocratisation du savoir. Le fait de partager publiquement nos échanges, du moins une partie de ceux-ci, donne accès à l’information à un plus grand nombre. Enseignante ou enseignant, conseillère ou conseiller pédagogique, universitaire ou tout autre acteur intéressé par l’éducation et les TIC est en mesure de faire des bouts de chemin avec nous, de contribuer à notre réflexion, de partager son expérience, de confronter nos points de vue à la réalité de la classe, de remettre en question nos postulats, d’exprimer ses craintes, ses inquiétudes, mais aussi ses passions, ses coups de cœur, etc. Cela donnerait une plus grande signifiance aux deux premières lettres du RÉCIT, « RÉ » pour réseau.

    Enfin, j’ai participé à quelques événements à distance ces derniers mois et j’en viens à un constat. Nos rencontres en personne, réelle, face à face, côte à côte auraient parfois avantage à tirer profit des outils mis de l’avant pour la collaboration à distance. Je m’explique. J’ai mainte fois assisté à des rencontres improductives, longues et démotivantes parce qu’inefficaces. Quand nous tentons de réfléchir à plusieurs sur une question autour d’une table, ce sont finalement souvent les même qui s’expriment plusieurs fois. En plus, la plupart du temps, ils se répètent croyant qu’on ne les a pas bien compris la première fois ou parce qu’ils ne se sont pas exprimés clairement cette première fois, ce qui, du coup, revient au même. Plusieurs finissent par ne pas s’exprimer soit pour ne pas allonger les discussions, soit pour ne pas perdre de temps ou encore parce qu’ils croient que cela ne changera rien. Si l’on introduisait certains des outils énumérés plus haut pendant nos rencontres réelles, les bénéfices seraient les mêmes.

    On peut exprimer plusieurs idées en même temps à l’écrit avec un outil comme EPad du RÉCIT : les concepts peuvent se construire en même temps, cela amène une interaction supplémentaire, permet de préciser les idées au fur et à mesure de leur élaboration, augmente l’implication de toutes et tous. Le « backchanneling » permet de faire circuler les idées en dehors de leur serre chaude et inoculée, peut amener des interactions externes qui enrichissent cette réflexion et surtout peut profiter à un plus grand nombre.

    Évidemment, tous ces principes s'appliquent en salle de classe. Cela nécessite un encadrement et du jugement mais les profits pour les élèves seront tout aussi riches.

    Le Web 2.0 est utile à la vie virtuelle, mais il l'est tout autant à la vie réelle. Mobilisons-le, nous en tirerons profit.