<< Martin Bérubé IntegrationTICetRecit Gilles Jobin >>

Intégration des TIC
selon Pierre Lachance


Version du 16/05/2007

Cette page reprend les questions de Gilles Jobin et je tente d'y répondre.


1. Décrivez au moins cinq actions (préférablement une dizaine) illustrant que vous intégrez les TIC dans votre vie. Par votre vie, j'entends aussi bien votre vie professionnelle que personnelle. Si possible, hyperliez vos actions.


2. Pour chacune de ces actions, dites pourquoi il s'agit bien d'une intégration des TIC en dégageant ses caractéristiques.

  • A) Pour moi, m'informer est un élément essentiel dans mon travail et dans ma vie. Les fils RSS me permettent de le faire sans pour autant visiter des dizaines de sites et de fouiller pour trouver les nouveautés. La page des fils RSS en éducation me montre aussi que ça bouge dans mon milieu.
  • B) Personnaliser sa page Google news est un moyen de «filtrer» l'information que l'on consomme. Le choix de ses mots-clés est une activité intéressante.
  • C) J'avais besoin d'un wiki avec quelques options particulières. Je me suis donc mis les mains dans le code de Wikini pour l'adapter. Les TIC ce n'est pas seulement de consommer des logiciels, c'est aussi de les triturer pour qu'ils répondent à nos besoins.
  • D) Créer et publier son portfolio de présentation est une activité d'apprentissage en soi. Qu'est-ce qui mérite de faire partie de mon portfolio? Pourquoi? De plus, si on veut, de par la forme du portfolio, qu'il nous ressemble un peu, on peut se créer un petit outil personnalisé. La créativité avec les TIC c'est possible.
  • E) Bloguer est devenu pour moi un moyen de m'obliger expliciter mes actions/opinions. Donc à structurer ma pensée. Ce qui est très utile lorsque je rencontre des enseignants, CP...
  • F) Je prends plusieurs photos par année. Dans mon lot de photos, il y en a qui sont plus significatives que d'autres. Me créer un petit outil pour les présenter à ma façon fut un exercice TIC très formateur. Encore ici, les TIC peuvent s'adapter à nos besoins.
  • G) Avoir son poste de travail c'est bien, mais j'ai réalisé que d'avoir son serveur web (ou un espace web à soi) c'est complémentaire. Créer des documents est un exercice très formateur. Mais les publier en est un libérateur. Grâce à mes espaces web, je peux m'exprimer et interagir avec d'autres personnes.
  • H) Le courriel, les blogues, les wikis, les SPIP sont très bien pour communiquer de façon asynchrone, mais il y a des situations où de se jaser en direct est très utile. Choisir le bon outil pour la situation, voilà une action qui nécessite quelques compétences.
  • I et J) Partager ses signets sur le web est une action qui peut sembler nombriliste. Après tout, qui s'intéresse à mes signets? On découvre avec l'utilisation de la folksonomie que l'intelligence collective ce n'est pas qu'un terme sans importance.
  • K) Comment savoir si professionnellement on évolue? J'utilise aussi un blogue pour mon travail. J'y blogue principalement sur des sujets MST.
  • L) Filmer une activité TIC et publier les vidéos est pour moi une autre façon de communiquer. Par contre, je suis pour la simplicité volontaire TIC. Pour un vidéo de 3 minutes je ne veux pas prendre 2 heures pour le traiter. Je me suis donc créé des scripts (avec ffmpeg) qui transforment mes vidéos AVI en FLV avec le bouton droit de la souris. Je publie par la suite mes vidéos dans un SPIP où le squelette est muni du lecteur Flash pour les FLV.
  • M) Fouiller dans le programme de formation pour y trouver l'information est pour moi assez compliqué. J'utilise plutôt le programmes présents dans le Cyberfolio: Primaire et 1er cycle du secondaire. Un autre besoin pour moi est de trouver de l'information rapidement sur les éléments du contenu (les savoirs essentiels). J'ai donc créé ce site qui reprend les contenus MST et qui fait des liens vers Wikipédia. Un exemple que traitement de l'information par rapport à la consommation de l'information.
  • N) Pour réaliser mes projets TIC, nul ne surpasse Google pour m'aider à résoudre mes problèmes.
  • O) Une photos sur une télévision c'est impressionnant. J'ai donc troqué mes cassettes VHS pour les DVD.
  • P) Il y a une multitude de contextes en MST où nous avons des données à traiter. Le faire papier-crayon peut être possible, mais grâce aux TIC on peut aller plus loin dans nos analyses.
  • Q) Un plan de travail peut être représenté grâce à un idéateur qui est un moyen différent de communiquer ses idées (par rapport au texte, son vidéo).
  • R) SPIP est devenu pour moi un outil incontournable pour publier du contenu (texte, images, son, vidéo) sur le web. Cet outil très puissant/souple est tout de même assez simple d'utilisation. Les élèves ont besoins d'une quinzaine de minutes pour publier leur premier texte.


3. À partir de vos actions, donnez une définition de l'intégration des TIC.
J'intègre les TIC quand:
  • j'en ai besoin selon la tâche à réaliser;
  • elles sont le meilleur choix;
  • je veux partager mes travaux;
  • je veux coopérer avec des gens à distance;
  • je veux garder des traces de mes apprentissages/travaux;
  • ...


4. Faites ensuite un parallèle avec les enseignants en vous demandant si un enseignant qui intègre les TIC devrait le faire dans le même esprit que vous le faites par vos actions.

Je fais une différence entre intégrer les TIC dans l'apprentissage et dans l'enseignement. Un enseignant peut permettre à ses élèves d'intégrer les TIC dans leurs apprentissages sans pour autant les intégrer dans ses propres apprentissages. Dans ce cas, il ne joue pas à l'expert TIC dans sa classe mais bien à l'expert de l'apprentissage qui exploite des outils (livres, tableau, TIC, calculatrice...).

Intégrer les TIC dans ses apprentissages n'est pas simple, mais c'est possible. Et comme un enseignant vit/travaille dans un contexte d'apprentissage, les TIC deviennent vite un atout.


5. Décrivez ensuite un élève qui intègre les TIC et expliquez, s'il y en a, les différences entre les actions de cet élève et vos actions.

Gilles décrit parfaitement ce que je crois:
Pour moi, un élève qui intègre les TIC en est un qui :
1- devant tout problème peut décider d'utiliser les TIC s'ils les jugent à propros, pertinentes et efficaces.
2- est capable d'utiliser différents outils technologiques pour communiquer
3- peut utiliser les TIC pour pousser plus loin ses réflexions, pour ajouter ses connaissances aux connaissances, pour partager ses forces, collaborer avec les autres.
4- juge et critique les moyens TIC utilisés pour arriver à ses fins.
5- peut s'amuser avec les technologies;
6- utiliser les tic pour garder des traces de ses apprentissages.

Différence en moi et cet élève? Je n'ai pas d'examen à passer.


6. Finalement, tentez d'expliquer la différence, s'il y en a une, entre les TIC et les TIC scolaire.

  • À l'école on veut tout contrôler. Ce que les TIC rendent très difficile.
  • À l'école on veut tout évaluer en oubliant que l'élève réalise des apprentissages ailleurs. Ce que les TIC facilitent.



<< Martin Bérubé IntegrationTICetRecit Gilles Jobin >>