« Voki!trois brochures de l’UNESCO sur les standards de compétences TIC des enseignants »

3 commentaires

Commentaire de:
Pierre Lachance

Bonjour Martin,

je ne suis pas certain d’interpréter (je n’ai pas lu l’article, seulement ta citation) de la même façon les écrits de M. Bibeau, mais s’il sépare bel et bien les utilisateurs des TIC en deux: les innovateurs et les autres, j’ai moi aussi un peu de mal avec ce classement. Innover avec un marteau demande du temps d’appropriation de l’outil, avec les TIC aussi.

Une question: pourquoi demanderait-on aux enseignants d’innover avec les TIC alors qu’on ne leur demande pas avec les autres technologies (papier, crayon, tableau…)?

À suivre…

28/03/08 @ 07:29
AnneC

La question est : qu’entend-on par “innovation” ? Et à quel niveau se place-t-on : au niveau de l’enseignant ou de la communauté éducative ?

22/04/08 @ 08:24
Martin

J’imagine qu’il faudrait poser la question à M. Bibeau!

Pour ma part, “innover", c’est faire différent!

Mais, mon propos, c’est que je suis persuadé qu’il est possible d’intégrer les TIC sans pour autant innover de A à Z. Il est possible d’adapter des activités, des situations d’apprentissage et d’évaluation intégrant les TIC en fonction du ou des groupes-classe où l’on intervient pour faire vivre des expériences d’utilisation des TIC en classe aux élèves.

22/04/08 @ 16:08